Etats-Unis : le Sénat refuse de renforcer le contrôle des armes à feu

  • A
  • A
Etats-Unis : le Sénat refuse de renforcer le contrôle des armes à feu
@ AFP
Partagez sur :

Au lendemain d'une nouvelle tuerie en Californie, les Républicains ont refusé de renforcer le contrôle des antécédents des acquéreurs d'armes à feu. 

Sénateurs républicains et démocrates se sont affrontés jeudi aux Etats-Unis au sujet du contrôle des armes à feu. Et ils ne sont, une nouvelle fois, pas parvenus à s'entendre, au lendemain d'une fusillade qui a fait 14 morts en Californie.

"Listes de surveillance terroriste". Les élus de la minorité démocrate ont réclamé que les vérifications sur les antécédents des acquéreurs d'armes à feu soient élargies aux foires spécialisées et aux transactions sur internet à l'intérieur d'un même Etat. Ils ont aussi proposé de combler une faille juridique permettant aux personnes figurant sur des "listes de surveillance terroriste" d'acheter des armes et des explosifs.

Droit constitutionnel pour les Républicains. Ces deux tentatives se sont heurtées à une vive opposition des élus de la majorité républicaine. Ces derniers arguent que l'Etat pourrait placer par erreur des innocents sur ces listes de surveillance et les priver ainsi de leur droit constitutionnel de posséder une arme à feu. Cet argument est aussi avancé par la National Rifle Association (NRA), le puissant lobby pro-armes aux Etats-Unis. 

Le Congrès, "complice de ces meurtres". Les autorités américaines tentent toujours de déterminer si le couple accusé d'avoir tué 14 personnes la veille à San Bernardino, en Californie, avant de tomber sous les balles de la police, entretenait des liens avec des groupes islamistes à l'étranger, a-t-on appris jeudi de source proche de l'enquête. Les armes utilisées lors de la tuerie ont, elles, été achetées légalement.  "Le Congrès est complice de ces meurtres de masse dès lors qu'il est incapable d'agir", a déclaré le démocrate Richard Blumenthal au cours d'une conférence de presse organisée avant les votes des sénateurs.