États-Unis : le FBI obtient un mandat pour examiner les courriels de Clinton

  • A
  • A
États-Unis : le FBI obtient un mandat pour examiner les courriels de Clinton
L'entourage de Clinton a accusé le patron du FBI d'avoir violé la loi en essayant d'influencer les élections qui sont prévues le 8 novembre prochain. @ JUSTIN SULLIVAN / GETTY IMAGES NORTH AMERICA / AFP
Partagez sur :

Le FBI va pouvoir déterminer si de nouveaux courriels découverts ne contredisent pas les résultats de sa première enquête qui avait mené à un non lieu.

Le FBI a obtenu un mandat l'autorisant à examiner des courriels reliés au serveur privé de l'ancienne secrétaire d'État Hillary Clinton, rapportent dimanche plusieurs médias américains.

Déjà une enquête dans le passé. Ce mandat va permettre au FBI d'étudier ces courriels afin de déterminer si leur teneur ne contredit pas le résultat de l'enquête qu'il avait déjà menée sur le serveur privé de courriels utilisé par Hillary Clinton lorsqu'elle dirigeait la diplomatie américaine, de 2009 à 2013. La candidate démocrate pensait être débarrassée de cette affaire qu'elle porte comme une croix depuis les primaires et qui a contribué à accentuer la désaffection de l'opinion publique à son égard.

Le "Hatch Act" violé. John Podesta et Robby Mook, respectivement président et manager de la campagne démocrate, ont vivement critiqué le directeur du FBI James Comey pour avoir informé dans un courrier les parlementaires américains que l'agence allait examiner de nouveaux courriels rédigés par Hillary Clinton à partir d'une messagerie personnelle. Dimanche, le chef de file des démocrates au Sénat, Harry Reid a adressé dimanche un courrier à James Comey, laissant entendre qu'il avait violé le "Hatch Act" qui interdit d'utiliser une fonction publique gouvernementale pour influencer une élection. "Avec vos mesures partisanes, vous avez violé la loi", a écrit le sénateur du Nevada.

"Des informations explosives" sur Trump ? Dans ce communiqué, Harry Reid accuse le patron du bureau fédéral d'investigation de faire "deux poids deux mesures" et d'avoir une approche partiale dans la divulgation de certaines informations. Le sénateur va plus loin et soutient qu'"il est devenu clair" que le FBI possède "des informations explosives" sur les étroites relations que Donald Trump et ses principaux soutiens entretiennent avec le gouvernement russe.