États-Unis : la victime de Roman Polanski va demander la clôture de l'affaire de viol

  • A
  • A
États-Unis : la victime de Roman Polanski va demander la clôture de l'affaire de viol
Quarante ans après les faits, Samantha Geimer souhaite la fin de cette affaire judiciaire@ Kenzo TRIBOUILLARD, Janek SKARZYNSKI / AFP
Partagez sur :

La victime, 54 ans aujourd'hui, a écrit à la cour dans laquelle elle accusait les procureurs de vouloir faire avancer leur carrière plutôt que de résoudre ce dossier dont elle souhaite la clôture depuis longtemps. 

Quarante ans après avoir été violée à l'âge de 13 ans par le cinéaste Roman Polanski, Samantha Geimer se présentera vendredi dans un tribunal de Los Angeles pour demander à la justice américaine de mettre fin à l'affaire et de clore ce dossier.

"Elle veut en finir avec ça". Samantha Geimer, 54 ans, entend soutenir l'argument du cinéaste franco-polonais selon lequel il a déjà purgé sa peine pour ce crime datant de 1977, a déclaré l'avocat de Roman Polanski, Harland Braun. "Elle vient avec son mari parce qu'elle est fatiguée de cette affaire qui continue depuis 40 ans", a déclaré Harland Braun. "Elle veut en finir avec ça". Le juge devra décider si la demande de Samantha Geimer peut être prise en compte dans cette affaire qui alimente une véritable saga depuis 40 ans. 

Samantha Geimer, qui soutient depuis longtemps le réalisateur dans sa volonté de mettre fin à cette affaire pour pouvoir avancer dans sa vie, a écrit à la cour plus tôt cette année une lettre dans laquelle elle accusait les procureurs de vouloir faire avancer leur carrière plutôt que de résoudre ce dossier.

Accusé d'avoir drogué puis violé la jeune fille. Le réalisateur de 83 ans, célèbre pour Rosemary's Baby, Tess ou plus récemment Le Pianiste, qui lui a valu la Palme d'Or à Cannes en 2002, est accusé d'avoir drogué Samantha Geimer quand elle avait 13 ans avant de la violer dans la villa de Jack Nicholson, à Los Angeles, en 1977.

Pour éviter un procès public, Roman Polanski avait reconnu avoir eu des relations sexuelles illégales avec une mineure et, en échange, le juge avait accepté de ne pas retenir d'autres inculpations, notamment le viol avec fourniture et usage de drogue. L'accord juridique avait été obtenu avec le consentement de la famille et de leurs avocats.

Un départ définitif pour la France. Après 48 jours en détention pour subir un examen psychologique, Roman Polanski a ensuite fui en France en 1978 et n'est jamais revenu aux Etats-Unis, redoutant, selon sa défense, d'être lourdement condamné malgré un accord amiable. "Ce à quoi il fait face s'il revenait à Los Angeles, est un système judiciaire malhonnête qui ignorera les faits et la loi, et essaiera d'impressionner pour montrer au public qu'il est 'dur avec les criminels'", a écrit l'avocat du cinéaste dans une note à la cour d'appel pour justifier l'absence de son client.

Toujours sous le coup d'un mandat d'arrêt. Après être rentré en France, la carrière du cinéaste a prospéré, mais Roman Polanski reste sous le coup d'un mandat d'arrêt aux États-Unis et cette affaire l'empêche de revenir sur le sol américain et entrave ses déplacements. Il n'est pas allé à Cannes pour recevoir sa Palme, et a renoncé à présider la cérémonie française des César en février dernier.