États-Unis : Donald Trump s'en prend aux Républicains après l'échec de la réforme d'Obamacare

  • A
  • A
États-Unis : Donald Trump s'en prend aux Républicains après l'échec de la réforme d'Obamacare
Donald Trump a été désavoué une nouvelle fois par les Républicains à propos de sa réforme du système de santé@ OLIVIER DOULIERY / AFP
Partagez sur :

Après le rejet de l'abrogation partielle de l'Obamacare, Donald Trump a appelé les élus à se remettre au travail pour arriver à faire passer cette réforme, faute de quoi ils passeraient pour des "dégonflés".

Le président américain Donald Trump a critiqué samedi les Républicains au Congrès, après l'échec de sa réforme de la santé et a menacé de s'en prendre aux prestations de santé dont bénéficient les élus.

Trois sénateurs ont voté avec les Démocrates. Dans la nuit de jeudi à vendredi, la chambre haute du Congrès était appelée à se prononcer sur une abrogation "a minima" d'Obamacare, l'emblématique loi sur le système de santé de l'ancien président démocrate Barack Obama, honnie des Républicains qui promettent depuis sept ans de s'en débarrasser. Mais le sénateur républicain John McCain et les sénatrices républicaines Susan Collins et Lisa Murkowski ont voté contre, aux côtés des démocrates, portant à 51 contre 49 les voix opposées à cette abrogation partielle d'Obamacare.

Des "dégonflés" ? "Si une nouvelle loi sur la santé n'est pas approuvée rapidement, le RENFLOUEMENT des compagnies d'assurance et le RENFLOUEMENT pour les membres du Congrès prendront bientôt fin !", a menacé Donald Trump dans un tweet. Le président a appelé dans une série de tweets rageurs les élus à se remettre au travail pour arriver à faire passer cette réforme, faute de quoi ils passeraient pour des "dégonflés".

Donald Trump doublé par son propre Sénat. Pour autant, il n'est pas certain que ces menaces soient suivies d'effet. Des Républicains ont non seulement coupé court à tout espoir de réformer rapidement l'Obamacare, mais le Sénat, où ils sont majoritaires, a aussi adopté à la quasi unanimité et malgré l'opposition de Donald Trump, des sanctions contre la Russie pour la punir d'avoir interféré avec l'élection présidentielle américaine.