États-Unis : Donald Trump assistera à son premier sommet de l'Otan le 25 mai

  • A
  • A
États-Unis : Donald Trump assistera à son premier sommet de l'Otan le 25 mai
Donald Trump assistera bien à son premier sommet de l'Otan le 25 mai prochain@ JIM WATSON / AFP
Partagez sur :

Lors de cette rencontre avec les 27 autres chefs d'État, Donald Trump compte réaffirmer son engagement auprès de l'Otan mais aussi discuter du "partage des responsabilités des alliés".

Le président américain Donald Trump assistera bien au prochain sommet de l'Otan, le 25 mai à Bruxelles, a confirmé mardi la Maison-Blanche, où il devrait à nouveau demander aux pays membres d'augmenter leurs dépenses militaires.

Un sommet pour discuter des "questions cruciales pour l'Alliance". "Le président est impatient de rencontrer ses partenaires de l'Otan pour réaffirmer notre ferme engagement envers l'Otan et pour discuter des questions cruciales pour l'Alliance, en particulier le partage de responsabilité des alliés et le rôle de l'Otan dans la lutte contre le terrorisme", indique la Maison-Blanche dans un communiqué.

Une rencontre avec la Chine plutôt que le sommet de l'Otan. La décision du chef de la diplomatie américaine, Rex Tillerson, de ne pas se rendre à sa première réunion prévue avec les ministres des Affaires étrangères des pays de l'Otan les 5 et 6 avril à Bruxelles a inquiété les Européens qui se sont à nouveau interrogés sur l'engagement des États-Unis dans l'alliance atlantique. Rex Tillerson a choisi de privilégier la rencontre prévue entre le président chinois Xi Jinping et Donald Trump les 6 et 7 avril en Floride à laquelle il souhaite assister.

Des rencontres parallèles avec les membres de l'Alliance. Le secrétaire d'État doit cependant rencontrer mercredi à Washington ses homologues des Affaires étrangères des 27 autres pays de l'Otan lors d'une réunion de la coalition internationale de lutte contre l'État islamique, a indiqué une porte-parole du département d'État. 

Donald Trump recevra le secrétaire général de l'alliance atlantique, Jens Stoltenberg, le 12 avril à la Maison-Blanche, précise le communiqué publié mardi, pour discuter "des moyens de renforcer l'alliance pour affronter les défis à la sécurité sur le plan national et international".