Etat islamique : Baghdadi, bien vivant, se joue des Occidentaux

  • A
  • A
Etat islamique : Baghdadi, bien vivant, se joue des Occidentaux
@ Reuters
Partagez sur :

Le chef du groupe djihadiste a réfuté les rumeurs sur sa mort et défie la coalition occidentale.

Abou Bakr al-Baghdadi reste toujours un des hommes les plus recherchés de la planète. Le chef du groupe Etat islamique (EI) a défié jeudi la coalition occidentale en Syrie et en Irak dans un enregistrement audio. Cette déclaration, diffusée par l’organisation terroriste, intervient quelques jours après les rumeurs sur sa mort dans un raid mené par l’armée américaine. Finalement, le proclamé « calife » de tous les musulmans est bel et bien vivant. Et il assure : « la marche (de l’EI) ne s’arrêtera pas et son expansion se poursuivra, si Dieu le veut ».

 >> LIRE AUSSI : Des frappes ont visé des dirigeants de l’EI en Irak

Les occidentaux visés. Ce message audio de 17 minutes, transcrit en anglais, est un cinglant pied de nez aux occidentaux. Abou Bakr al-Baghdadi affirme ainsi que les pays de la coalition n’auront d’autre choix que d’envoyer des troupes au sol pour combattre son organisation. « Et bientôt, les juifs et les Croisés seront contraints de descendre au sol et d'envoyer leurs forces terrestres à la mort et la destruction", prévient-il.

>> LIRE AUSSI : Abou Bakr al-Baghdadi, profession djihadiste sans frontières

L’authenticité non confirmée. Cet enregistrement est surtout le premier qui lui est attribué depuis une vidéo diffusée en juillet, juste après la proclamation par l'EI d'un "califat" à cheval sur la Syrie et l'Irak. La voix dans le document audio diffusé jeudi semble être la même. Cependant, aucune confirmation sur son authenticité n’a pu être apportée. Mais le chef de file des djihadistes fait référence dans son intervention à des évènements postérieurs aux frappes qui l’ont visé la semaine dernière.

Non, il n’est pas mort. En effet, vendredi soir, des avions de la coalition ont mené des raids aériens en Irak contre un rassemblement de dirigeants de l’EI près de Mossoul. Des rumeurs relayées par les médias arabes avaient évoqué la présence de Baghdadi parmi eux, ainsi que sa probable mort au cours de l’attaque. Une information que n’a jamais confirmée l’armée américaine, à raison.