Et si c'était lui, le prochain président américain ?

  • A
  • A
Et si c'était lui, le prochain président américain ?
@ REUTERS
Partagez sur :

PRONOSTIC - Réélu gouverneur du New Jersey mardi, Chris Christie, républicain modéré, est bien placé pour la présidentielle américaine de 2016.

L’INFO. Pour un républicain, réussir à séduire les femmes, les Noirs et les Hispaniques, plus prompts à voter démocrate, relève du tour de force. Se faire réélire avec un score en hausse dans un État traditionnellement démocrate ? Mission impossible. Sauf pour Chris Christie, réélu gouverneur du New Jersey lors de l’autre scrutin qu’il fallait suivre mardi outre-Atlantique, avec l’élection du nouveau maire de New York. Un succès incontestable qui rend ce modéré soudainement incontournable aux yeux de la presse pour la prochaine élection présidentielle, en 2016, même si lui n'a jamais affirmé publiquement vouloir se présenter. Voici pourquoi il a toutes les cartes en main pour viser la Maison-Blanche.

Il a bien géré l’ouragan Sandy. Le télégénique Chris Christie, 51 ans, a clairement marqué des points lors du passage de l’ouragan Sandy sur le nord-est des États-Unis en 2011. Le Washington Post qualifie même la catastrophe de "moment qui a défini la carrière politique" du républicain. Au lendemain du passage de Sandy, Chris Christie, vêtu d’une simple polaire, a été vu aux côtés de Barack Obama en train d’arpenter les côtés ravagées de son État, quelques semaines avant le scrutin présidentiel. De quoi faire s’étrangler l’aile la plus dure de son camp. Mais ces images lui ont valu une belle hausse de sa cote de popularité.

Chris Christie et Barack Obama après l'ouragan Sandy :

En janvier 2013, il s’est fait le porte-voix des victimes en n’hésitant pas à s’en prendre à la majorité républicaine de la Chambre des représentants réticente à voter une aide financière aux sinistrés de Sandy.

Il plaît à tout le monde (ou presque). Cette capacité à dépasser les clivages partisans est peut-être son meilleur atout pour convaincre des électeurs fatigués des bisbilles entre républicains. Avec sa ligne plutôt modérée, Chris Christie arrive à rassembler même au-delà de son parti. D’après un sondage, 94% des républicains, 64% des indépendants et même 30% des démocrates se disaient prêts à voter pour lui mardi. Dans la circonscription de Chesilhurst, au sud de l’État, majoritairement noir, il est même passé devant le candidat noir du parti démocrate, relève le New York Times.

Chris Christie en 2012, REUTERS

Il a perdu du poids. En 2011, Chris Christie, qui est franchement obèse, avait déjà fait parler de lui en évoquant, déjà, une candidature à la présidence. Mais il avait alors été la cible de moqueries, y compris dans les médias les plus sérieux, à propos de son poids. "Comme tout le monde, les élus sont plus performants quand ils sont dans une forme optimale", ce qui n’est pas le cas de Chris Christie, . Depuis, quelque chose a changé dans la vie du gouverneur : en février dernier, il s’est fait poser un anneau gastrique afin de perdre du poids, une méthode qui a fait ses preuves. "Une question de santé à long terme", assure-t-il. Mais pour la presse, il ne fait aucun doute que le gouverneur a des ambitions présidentielles et n’entend pas laisser une bête question de poids gâcher ses chances.

sur le même sujet

POLEMIQUE - Trop gros pour être président ?" url_id="102371">POLÉMIQUE - Trop gros pour être président ?

TROMBINOSCOPE - Ils sont l'avenir des républicains" url_id="178979">TROMBINOSCOPE - Ils sont l'avenir des républicains

EN IMAGES - Sandy, un an après" url_id="244635">EN IMAGES - Sandy, un an après