Espagne : qui est le pédophile arrêté ?

  • A
  • A
Espagne : qui est le pédophile arrêté ?
@ Maxppp
Partagez sur :

PROFIL - Le pédophile espagnol dont la grâce a été annulée par le roi du Maroc a été interpellé.

C’est par lui que le scandale est arrivé. Daniel Galvan, le pédophile espagnol gracié par le roi du Maroc, a finalement été arrêté lundi en Espagne. Sa grâce par Mohammed VI avait provoqué un véritable tollé dans la population marocaine. A tel point que le roi du Maroc avait fini par faire marche arrière, annulant dimanche soir la grâce accordée à cet homme au profil trouble.

> L'INFO : Daniel Galvan arrêté en Espagne

Des viols commis sur onze mineurs. En 2011, Daniel Galvan, a été condamné à 30 ans de prison pour des viols sur onze mineurs. Installé au Maroc en 2005, l’Espagnol organisait chez lui des fêtes pour les enfants. Ses victimes, âgées de 3 à 15 ans, auraient été photographiées. D’après le tribunal de Kénitra, qui l’a condamné, "il profitait de la précarité des familles", indique Le Monde.

> A LIRE AUSSI : Mohammed VI revient sur la grâce

Il a travaillé dans une université espagnole. Autour de lui, Daniel Galvan, 64 ans, d’origine irakienne, aurait raconté qu’il était un professeur d’université à la retraite, selon El Mundo. Il a bien travaillé pendant plusieurs années à l’université de Murcie, mais pas comme professeur, selon l’établissement. Daniel Galvan a été stagiaire entre 1996 et 1998, au département des Relations internationales, puis sous contrat jusqu’en 2002. Un porte-parole de l’établissement a confirmé que l’homme était "impliqué dans le développement des relations de l’université avec le monde arabe et la mobilité des étudiants". Le recteur de l’université a, de son côté, indiqué que la collaboration avec Daniel Galvan s’était déroulée "de manière absolument normale".

Un espion en Irak ? Mais à en croire le journal espagnol El Pais, Daniel Galvan aurait raconté à son avocat marocain qu’il était en réalité un ancien responsable de l’armée irakienne. Il aurait collaboré avec des services secrets étrangers pour renverser Saddam Hussein, chassé du pouvoir en 2003. Quant au nom de Daniel Galvan, il pourrait même avoir été fabriqué par les services secrets "quand ils l’ont fait sortir d’Irak, lui ont fourni des papiers espagnols et l’ont transformé en professeur de l’université de Murcie à la retraite".