Espagne : les "indignés" délogés à Madrid

  • A
  • A
Espagne : les "indignés" délogés à Madrid
@ REUTERS
Partagez sur :

Ils étaient des dizaines de milliers dans la rue pour fêter le premier anniversaire du mouvement.

Ils voulaient fêter le premier anniversaire du mouvement des "d'indignés". La police a annoncé avoir délogé tôt dimanche matin quelques centaines de manifestants qui passaient la nuit sur la place de la Puerta del Sol à Madrid, après une manifestation organisée samedi. 

"Il y a eu 18 arrestations et deux policiers ont été blessés", a indiqué une responsable de la police de Madrid. "La nuit s'est passée sans incidents graves", a-t-elle ajouté.

En réaction à l'évacuation des manifestants, un nouveau rassemblement est prévu pour 15H00 GMT dimanche sur la Puerta del Sol, convoqué sur le réseau social Twitter sous l'étiquette #volvemosalas5 (#nousrevenonsà17heures, ndlr).

Les manifestants délogés partout

Dimanche matin, seuls deux petits panneaux marqués du slogan "Non", plantés dans les plates-bandes autour d'une fontaine, rappelaient la manifestation de la veille aux touristes qui se promenaient sur la place de la Puerta del Sol. Six fourgons de police restaient toutefois garés à cet endroit.

La police a également délogé tôt dimanche matin, cette fois sans incidents, plus de 100 manifestants à Palma de Majorque, dans l'archipel des Baléares, et environ 70 "indignés" à Valence, ont indiqué les médias espagnols.

Samedi, à Madrid, scandant leurs slogans favoris comme "ils ne nous représentent pas", les "indignés" ont envahi dans des roulements de tambours la Puerta del Sol, la grande place du centre de la ville qui a vu naître le mouvement, le 15 mai 2011, pour une nuit de fête, défiant l'interdiction officielle de manifester après 22 heures.  Dans la capitale, la police a chiffré la participation pour la journée de samedi à 30.000 personnes. A Barcelone, la deuxième ville du pays, ils étaient entre 45.000 selon la police et 220.000 selon les organisateurs. Au total, des manifestations étaient organisées dans 80 villes d'Espagne, dont Valence, Séville et Bilbao.

Le mouvement peine à trouver un prolongement politique

Si en 2011 le gouvernement socialiste avait préféré temporiser, le gouvernement de droite, arrivé au pouvoir dans l'intervalle, a cette fois affiché sa fermeté, déclarant "illégale" toute tentative d'installer un nouveau campement et imposant des restrictions horaires aux manifestants.

Mais les raisons de manifester sont encore plus fortes qu'il y a un an : le chômage a encore grimpé en Espagne et frappe un actif sur quatre (24,4%), tandis que le gouvernement est engagé dans une politique de rigueur sans précédent. Un terrain fertile, a priori, pour que l'anniversaire du mouvement soit un succès.

Mais à la différence d'il y a un an, les rues d'Espagne sont envahies presque chaque semaine par les manifestations convoquées par les syndicats contre la rigueur tandis que les indignés refusant de se constituer en parti ont perdu en visibilité. Ils n'ont pas su "structurer un mécontentement sans idéologie concrète", analyse Antonio Alaminos, professeur de sociologie à l'Université d'Alicante. "Résultat: beaucoup de petits groupes relativement déconnectés entre eux qui ne forment plus un mouvement social".