Espagne : Juan Carlos rattrapé par une demande de reconnaissance en paternité

  • A
  • A
Espagne : Juan Carlos rattrapé par une demande de reconnaissance en paternité
Le roi Juan Carlos a abdiqué au profit de son fils, Felipe.@ REUTERS
Partagez sur :

REBELOTE - Le Tribunal suprême espagnol a reçu une demande de reconnaissance en paternité visant le roi, qui a abdiqué en juin.

Alberto Sola Jimenez, un Catalan, assure que son père n'est autre que Juan Carlos, l'ancien roi d'Espagne, qui a abdiqué en juin. Après avoir été débouté en première instance en 2012, il poursuit ses démarches. Jeudi, le Tribunal suprême, seul autorisé à juger Juan Carlos, a annoncé avoir reçu une demande de reconnaissance en paternité visant l'ex-roi.

>> LIRE AUSSI - Juan Carlos n'est plus roi d'Espagne

Débouté en première instance. Cette demande a été transmise au Tribunal suprême par l'Audience provinciale de Madrid mardi, en vertu de la loi, approuvée en urgence, sur le nouveau statut face à la loi de Juan Carlos, qui a gardé le titre de roi, a indiqué une porte-parole du tribunal. En 2012, Alberto Sola Jimenez avait été débouté en première instance, au nom du statut "d'inviolabilité" juridique, qui empêche tout tribunal de poursuivre et de juger le roi d'Espagne. Mais en abdiquant le 18 juin, Juan Carlos a perdu cette "inviolabilité". 

Juan Carlos à sa sortie de l'hôpital.

© Reuters

Un statut similaire à celui des parlementaires. La nouvelle loi entrée au vigueur mi-juillet lui accorde un "aforamiento", un statut similaire à celui accordé aux parlementaires, par lequel il ne peut être jugé que devant le Tribunal suprême.Cette haute instance doit donc désormais se prononcer sur le recours formé par Alberto Sola Jimenez, persuadé d'être un enfant adultérin de Juan Carlos.

>> LIRE AUSSI - De mal en pis pour le roi Juan Carlos

Une Belge aussi déboutée. Il n'est pas le seul : en octobre 2012, devant des tribunaux civils de Madrid, une Belge, Ingrid Jeanne Satiau, avait été déboutée en même temps que lui. Tous deux avaient décidé de déposer une demande de reconnaissance en paternité, après avoir réalisé des tests ADN montrant qu'ils sont frère et soeur à 91%. Leur avocate commune, Begoña Antonio Gonzalez, exigeait une décision judiciaire déclarant que son client "est le fils par voie consanguine de Don Juan Carlos Alfonso Victor Maria de Bourbon", selon les documents judiciaires. Ingrid Jeanne Satiau a raconté à la presse avoir appris son lien de parenté supposé lorsque sa mère avait fini par lui dire un jour, en voyant le roi d'Espagne apparaître à la télévision: "Cet homme est ton père". Depuis, elle a fait des recherches et a fini par rencontrer M. Sola, un enfant adopté, qui revendique depuis plusieurs années la paternité du roi, affirmant que sa mère biologique, fille d'un banquier connu à Barcelone, avait eu une relation avec le roi.

>> LIRE AUSSI - La partie de chasse de Juan Carlos fait polémique