Une prouesse européenne pour ravitailler l’ISS

  • A
  • A
Une prouesse européenne pour ravitailler l’ISS
@ CAPTURE D'ECRAN YOUTUBE
Partagez sur :

HAUTE TECHNOLOGIE - Un cargo automatique européen a été lancé vers la Station spatiale internationale avec 20 tonnes de matériel à son bord. 

Le lancement a été parfaitement réussi. Dans la nuit de mardi à mercredi, un cargo automatique européen a quitté la base de Kourou, en Guyane, à destination de la Station spatiale internationale (ISS). A son bord, plus de 20 tonnes de matériel, un record. Pour Alain Cirou, spécialiste de l’espace pour Europe 1, ce lancement représente une vraie prouesse.

>> LIRE AUSSI - Le tout premier Vine de l'espace

Le "petit dernier". Le cargo automatique, qui répond au nom d’ATV-5, est le cinquième de son genre à être envoyé vers l’ISS. Il est aussi le dernier : ce seront désormais des entreprises privées américaines, sous contrat avec la Nasa, qui vont assurer le ravitaillement de la Station spatiale. Ce "petit dernier", comme le surnomme Jean-Jacques Dordain, le directeur général de l’Agence spatiale européenne (ESA), transporte non seulement du carburant, mais aussi du fret, de l’eau potable, du matériel scientifique, des vêtements, des pâtes au fromage, des jus de fruit, du pudding et même du fil dentaire, destinés aux occupants de l’ISS. 

Le décollage de l'ATV-5 :



Pour Alain Cirou, "c’est une invention tout à fait extraordinaire qui s’est peaufinée au fur et à mesure des envois d’ATV". Et le "petit dernier" atteint "une perfection totale". "Nous sommes capables en Europe d’envoyer des charges extrêmement importantes, sans pilote, de façon automatique, pour délivrer du carburant, des vivres, dans un endroit où ça se déplace à 28.000 km/h, avec une précision du millimètre", explique Alain Cirou, soulignant que "cela, personne ne sait le faire, sauf les Européens". "Nous maîtrisons une technologie que ni les Américains, ni les Russes, ni les Japonais ne possèdent", poursuit-il.

>> LIRE AUSSI - Les plus belles photos de ciel étoilé

ISS 930

© Max PPP

Il finira brûlé dans l’atmosphère. En clair, l’ATV-5 offre à l’Europe une "carte majeure pour les expéditions futures, [puisque] nous sommes les seuls à réaliser cela en toute sécurité". Les technologies développées pour l’ATV contribuent en outre à la réalisation du prochain grand projet spatial mondial : la capsule habitée Orion, dont le premier vol est prévu à l’horizon 2017-2018.

>> LIRE AUSSI - Une tempête solaire a bien failli nous renvoyer "au 18e siècle"

D’ici là, l’ATV-5 ne sera plus de ce monde. Le cargo doit s’amarrer automatiquement à l’ISS le 12 août, puis servir de module additionnel pour les astronautes de la Station pendant six mois. Début 2015, pour la fin de sa mission, l’ATV-5 sera rempli de déchets non dangereux, produits à bord de l’ISS. Il se détachera alors de la Station et plongera alors dans l’atmosphère de la Terre, où il se consumera avec sa cargaison. Une fin à laquelle nous pourrons assister : l’ATV-5 transporte avec lui une caméra embarquée conçue spécialement pour retransmettre les toutes dernières secondes du cargo, avant de brûler avec lui.

>> LIRE AUSSI - Nos conseils pour une Nuit des étoiles optimale