Equateur : un puissant séisme fait au moins 272 morts et 2.000 blessés

  • A
  • A
Equateur : un puissant séisme fait au moins 272 morts et 2.000 blessés
@ Ariel Ochoa / AFP
Partagez sur :

Un séisme de magnitude 7,6 a frappé samedi soir l'Equateur, faisant au moins 272 morts et 2.000 blessés, ainsi que des dégâts considérables.

Le séisme a été très violent. Samedi soir, un tremblement de terre de magnitude 7,6 a secoué les côtes de l'Equateur dans le sud-ouest du pays et jusque dans la région de Guayaquil. Selon un dernier bilan annoncé dans la nuit de dimanche à lundi, au moins 272 personnes sont mortes et plus de 2.000 ont été blessées. L'état d'exception a été décrété.

"Dégâts considérables".  "Nous avons 16 personnes décédées dans la ville de Portoviejo, 10 à Manta, deux dans la province de Guayas", a déclaré Jorge Glas lors d'une conférence de presse, ajoutant que l'état d'exception avait été décrété au niveau national "pour préserver l'ordre public". L'Institut de géophysique (IG) équatorien a pour sa part fait état de "dégâts considérables dans la zone de l'épicentre et aussi dans des lieux éloignés comme la ville de Guayaquil". L'épicentre a été localisé dans la province de Manabi (sud-ouest).

L'état d'urgence dans six provinces. L'état d'urgence a été décrété dans les six provinces les plus affectées, situées dans le sud-ouest et le nord-ouest du pays: Manabi, Esmeraldas, Los Rios, Santa Elena, Guayas et Santo Domingo. "Il y a eu aujourd'hui (samedi) des événements sismiques situés dans la zone de Pedernales et Cojimies (province de Manabi). Le principal événement qui s'est produit à 18h58 (23h58 GMT) a eu une magnitude de 7,8 (...) à 20 km de profondeur", avait annoncé l'IG en début de soirée dans un communiqué. Selon l'IG, ce séisme "a été précédé d'un autre événement de magnitude 5.0 et suivi d'une série de répliques ressenties surtout dans la zone de l'épicentre". Il a fait état de répliques de magnitude 5,5 dans la province de Manabi (sud-ouest), de 4,6 à Santo Domingo de los Tsachila (centre) et de 7,7 sur la côte. L'alerte au tsunami a été levée. Dans un premier temps, le Centre d'alerte aux tsunamis du Pacifique avait prévenu que "des vagues de tsunami dangereuses sont possibles sur les côtes situées dans un rayon de 300 kilomètres autour de l'épicentre".

Les secousses ressenties en Colombie et au Pérou. Le séisme a aussi été ressenti à Quito, ainsi qu'à Cali, troisième ville de Colombie, dans l'Ouest, selon des journalistes de l'AFP. Au Pérou, un séisme de 7,4 a secoué le nord du pays à la même heure samedi, selon l'Institut de géophysique du Pérou (IGP). Selon les premières informations, aucune victime n'est à déplorer. Jorge Glas, qui assume les fonctions du chef de l'Etat en l'absence du président Rafael Correa en visite au Vatican, a ajouté que "toute la force publique est en état d'alerte maximale pour protéger la vie des citoyans". Rafael Correa a envoyé un message depuis son compte Twitter disant que "les autorités sont en train d'évaluer les dégâts et de prendre des mesures".

Affolement des habitants. Des médias locaux ont diffusé des images depuis Guayaquil où un pont s'est effondré, ainsi que le toit d'un centre commercial, et de dégâts dans des magasins à Quito. De son côté, la Direction générale de l'aviation civile a annoncé la fermeture de l'aéroport de Manta (Manabi) en raison de "graves dégâts à la tour de contrôle". A Quito, Cristina Duran, 45 ans, s'est réfugiée sous l'encadrement d'une porte pour se protéger des vitres qui volaient en éclats. "J'étais affolée et je voulais seulement que ça s'arrête", a-t-elle déclaré. "Mon Dieu, c'est le séisme le plus long et le plus fort que j'aie jamais senti de toute ma vie. Durant un bon moment, j'ai eu le tournis (...) Je voulais sortir en courant dans la rue, mais je ne pouvais pas", a raconté Maria Torres, 60 ans. A l'aéroport de Guayaquil, des passagers sont sortis affolés du terminal. "Des lampes sont tombées du plafond et les gens couraient terrorisés", a expliqué Luis Quimis, 30 ans, qui attendait un vol pour Quito. Ces secousses interviennent peu après les tremblements de terre qui ont secoué depuis jeudi le sud-ouest du Japon, où ils ont fait au moins 41 morts et un millier de blessés.