Enterrement annulé pour le nazi Priebke

  • A
  • A
Enterrement annulé pour le nazi Priebke
@ REUTERS
Partagez sur :

Ni l’Italie, ni l’Argentine, ni l’Allemagne ne veulent des restes du criminel nazi Erich Priebke.

L’INFO. Personne ne veut de sa dépouille. Les obsèques du criminel nazi Erich Priebke sont en train de tourner au casse-tête pour l’Italie, où il est mort vendredi à l’âge de 100 ans. Mardi, à la veille du 70e anniversaire de la déportation des juifs de Rome, les funérailles ont viré au pugilat et ont finalement dû être annulées. Jeudi, les restes d’Erich Priebke se trouvaient toujours à l’aéroport militaire de Pratica di Mare sans que la moindre solution n’ait pu être trouvée.

erich priebke, 400, REUTERS

Qui est Erich Priebke ? Cet ex-SS est l’un des responsables du massacre des Fosses Ardéatines à Rome, en 1944, au cours duquel 335 civils, dont 75 Juifs, ont été tués. Erich Priebke n’a jamais exprimé de remords. Après avoir vécu caché en Argentine pendant plus de 40 ans, il avait été extradé vers l’Italie en 1995 et condamné à la réclusion à perpétuité. Il vivait depuis à Rome, assigné à résidence au domicile de l’un de ses avocats.

Pourquoi ses funérailles virent au casse-tête ? Les funérailles religieuses d’Erich Priebke, qui devrait être incinéré, devaient être célébrées mardi près de Rome par des intégristes catholiques. Décision inédite, le Vatican avait fait interdire les funérailles religieuses dans une église de Rome. C’est la Fraternité Saint Pie X, communauté intégriste fondée dans les années 1980, qui voulait s’en charger, par "piété chrétienne". Mais l’arrivée du corbillard aux portes de Rome avait été huée aux cris d’"assassin" et des manifestants antifascistes ont manifesté devant l’Institut Pie X, siège de la communauté. Des militants néo-nazis ont en outre été interpellés et les funérailles ont finalement été annulées car, selon le préfet de Rome, "il y avait le risque qu’elles se transforment en meeting néo-nazi". La dépouille a ensuite été transférée à l’aéroport militaire de Pratica di Mare, d’où elle n’a pas bougé depuis.

Les violences aux funérailles de Priebke, finalement annulées :

Que faire de la dépouille ? Rome essaie de se débarrasser du problème, mais la tâche est difficile et la ville natale de l’ex-SS, Henningsrodf, a fait savoir qu’elle n’en voulait pas, note Der Spiegel. Le préfet de Rome a assuré que "des contacts [avaient] été établis avec l’Allemagne". Mais Berlin a dit n’avoir pas "reçu jusqu’ici de demande" de la part de l’Italie. Et le ministère italien affirme que c’est à la famille de déposer une demande. Or, les deux fils de l’ancien SS, qui vivent aux États-Unis et en Argentine et n’ont pas l’intention de faire le déplacement, ont seulement "demandé que leur père ait droit à des obsèques catholiques et que sa dépouille soit respectée".