En Iran, l'anti-américanisme est toujours de mise

  • A
  • A
En Iran, l'anti-américanisme est toujours de mise
L'entrée de l'ancienne ambassade américaine à Téhéran. @ ATTA KENARE / AFP
Partagez sur :

Europe 1 a pu visiter l'ancienne ambassade des États-Unis en Iran, fermée depuis 1979 et transformée en musée anti-Américains.

REPORTAGE

C'est la dernière ligne droite dans les négociations sur le nucléaire iranien. Les grandes puissances doivent rencontrer l'Iran vendredi à Vienne, en Autriche, sous l'égide de l'Union européenne. Le 30 juin est la date-butoir pour trouver un accord sous peine de poursuite des sanctions envers Téhéran. Mais si, sur le terrain diplomatique, les chefs d'Etat se parlent, en Iran, les rancœurs sont tenaces comme a pu le constater l'envoyée spéciale d'Europe 1. Elle a pu visiter l'ancienne ambassade des États-Unis à Téhéran, prise d'assaut en 1979 par plusieurs centaines d'étudiants suite à la révolution iranienne. Fermée depuis, elle est devenue une sorte de musée anti-Américains.

"À bas l'Amérique". Dans cette ambassade, les États-Unis sont humiliés dès la porte d'entrée. Pour pénétrer dans le bâtiment de briques rouges, il faut en effet marcher sur un slogan imprimé sur un paillasson : "à bas l'Amérique".

Cryptage et broyeuses. Le guide, un jeune conservateur, conduit les visiteurs au premier étage "où seuls les espions et la CIA pouvaient accéder", explique-t-il. Derrière une lourde porte blindée "codée comme la porte d'un coffre-fort", se trouvent des salles d'écoutes où sont installées de vieilles machines de cryptage.

crypteuse1280

Des machines de cryptage (Europe 1)

Une des salles les plus symboliques a accueilli les broyeuses, utilisées par les Américains pour détruire leurs archives au moment où les partisans de l'ayatollah Khomeini prenaient d'assaut le bâtiment en novembre 1979. "Cette machine par exemple, ils l'ont tellement fait tourner ce jour-là qu'elle est tombée en panne, ils se sont alors servi d'une autre qui fait des bandelettes de papier", explique le guide qui jubile encore en touchant la poussière de papier intact.

broyeuse1280

Une broyeuse (Europe 1)

"Les étudiants ont patiemment reconstitué les documents qui sont la preuve des projets néfastes des États-Unis, en Iran et au Proche-Orient", ajoute le guide, pour qui ce pays est "un État terroriste qui met son nez dans les affaires des autres".  

statueok1280

La statue de la Liberté avec des colombes, symbole de paix, enfermées dans le ventre (ATTA KENARE / AFP).

"On ne peut pas leur faire confiance".Les négociations actuelles sur le nucléaire entre l'Iran et l'Oncle Sam ? "Nous parlons avec eux pour prendre notre droit mais s'ils deviennent trop exigeants, nous arrêterons tout dans la seconde. On ne peut pas leur faire confiance", estime le guide. Au pied d'une statue de la Liberté ridiculisée, il explique enfin que l'Amérique n'a sa place qu'à genoux. Dans l'ambassade, l'heure n'est pas au rapprochement mais plutôt à la rancune figée dans le temps.