En Chine, Trump réincarné en poulet pour l'année du Coq

  • A
  • A
En Chine, Trump réincarné en poulet pour l'année du Coq
L'insolente effigie a été placée devant un centre commercial.@ STR / AFP
Partagez sur :

Un centre commercial chinois s'est amusé à parodier la coiffure du président élu des États-Unis, Donald Trump.

Voulant célébrer l'arrivée prochaine de l'année du Coq, un centre commercial chinois a installé une sculpture colossale d'un poulet dont le visage est modelé sur celui de Donald Trump, la crête étant remplacée par la mèche emblématique du président élu américain.

La coupe de cheveux de Trump. L'insolente effigie, dont le style pastiche volontiers les volailles des longs métrages d'animation, est apparue cette semaine à l'entrée d'un centre commercial de Taiyuan, la capitale de la province charbonnière du Shanxi dans le nord de la Chine. La sculpture, dont des clichés ont été publiés par des sites de médias officiels, est dotée d'une large mèche latérale de couleur fauve orangé remplaçant l'habituelle crête rouge de l'animal et qui imite à merveille le balayage capillaire du milliardaire.

De nombreuses parodies. Donald Trump prendra ses fonctions en janvier, une semaine avant le Nouvel An lunaire, qui marquera pour les Chinois le début de l'année du Coq. À l'approche de l’événement, les figures de coqs et de poules se multiplient dans le pays, avec d'innombrables moulages et figures dans les centres commerciaux, bureaux d'affaires et parcs. Mais avec son visage très ressemblant et ses minuscules ailes parodiant la gestuelle particulière du magnat de l'immobilier, le "poulet Trump" a marqué les esprits, au point que des répliques de la sculpture originale sont déjà en vente sur Internet. On en trouve de toutes les tailles et à tous les prix, jusqu'à 12.000 yuans (1.650 euros) pour une version haute de dix mètres, proposée sur une boutique de la plateforme de commerce électronique Taobao.

Le futur occupant de la Maison-Blanche captive l'opinion publique chinoise tout en irritant vivement le régime communiste de Pékin, par ses sorties sur la mer de Chine ou Taïwan, ses attaques sur le niveau du yuan, ou encore son projet de lourdes pénalités douanières.