En cas de "Brexit", le France sera inflexible avec le Royaume-Uni, assure Macron

  • A
  • A
En cas de "Brexit", le France sera inflexible avec le Royaume-Uni, assure Macron
@ ERIC PIERMONT / AFP
Partagez sur :

Les Britanniques décideront le 23 juin s'ils quittent l'UE alors que la campagne pour le référendum restera suspendue

Le ministre français de l'Economie, Emmanuel Macron, juge que le Conseil européen du 28 juin devra faire preuve de fermeté à l'égard du Royaume-Uni, si les Britanniques choisissent de sortir de l'Union européenne lors du référendum sur le "Brexit", et la France sera intraitable.

En cas de refus, "ce doit être une sortie totale". "On est dedans ou dehors. (...) Le Conseil européen devra lancer un ultimatum aux Britanniques sur leurs intentions et le président de la République sera très clair à cet égard", explique le ministre de l'Economie dans un entretien au journal Le Monde publié samedi. Il estime ainsi que les Britanniques, s'ils souhaitent conserver un accès au marché européen, devront contribuer au budget de l'UE, comme le font la Norvège et la Suisse. En cas de refus, "ce doit être une sortie totale", insiste le ministre. Et, même si le scrutin devait aboutir à un maintien du Royaume-Uni dans l'Union européenne, il souligne que le statut particulier négocié en début d'année par Londres ne devait pas être ensuite réclamé par d'autres Etats et rester exceptionnel, pour "éviter la contamination". 

"Nous sommes bloqués par un tabou français et un tabou allemand". Les Britanniques décideront le 23 juin s'ils quittent l'UE alors que la campagne pour le référendum restera suspendue samedi, deux jours après le meurtre de la députée pro-UE Jo Cox. Partisan d'une plus grande intégration européenne, Emmanuel Macron souhaite que l'UE soit plus ambitieuse sur les sujets de défense et de transition énergétique par exemple. Au niveau de la zone euro, il cite la mise en place d'un budget, d'un commissaire et d'un Parlement pour cette zone. "Mais aujourd'hui, nous sommes bloqués par deux tabous : un tabou français, qui est le transfert de souveraineté, et un tabou allemand, celui des transferts financiers ou de solidarité. On ne peut pas avancer sans les faire sauter", déplore-t-il cependant.