Emma Morano, la dernière survivante du XIXe siècle, fête ses 117 ans

  • A
  • A
Emma Morano, la dernière survivante du XIXe siècle, fête ses 117 ans
Emma Morano vit toujours dans son petit deux-pièces mais ne quitte plus son lit depuis l'an dernier.@ OLIVIER MORIN / AFP
Partagez sur :

L'Italienne née en 1899 a connu les deux grandes guerres, travaillé jusqu'à ses 75 ans et est restée autonome jusqu'à ses 115 ans.

Emma Morano, dernière survivante connue du XIXe siècle et doyenne de l'humanité dont le régime alimentaire à base d’œufs est commenté dans le monde entier, fête ce mardi ses 117 ans dans son petit appartement à Verbania, dans le nord de l'Italie.

Trois œufs, un peu de viande et très peu de légumes. Elle est née le 29 novembre 1899, son premier amour a disparu pendant la Première guerre mondiale, elle s'est séparée d'un mari violent juste avant la Seconde et a travaillé jusqu'à ses 75 ans dans une fabrique de sacs en toile de jute. Suivant les conseil d'un médecin quand elle avait 20 ans, elle s'est nourrie pendant près d'un siècle de trois œufs par jour, deux crus et un cuit, avec un peu de viande et très peu de fruits ou de légumes. Elle raffole désormais de biscuits, mais lors d'un entretien avec l'AFP fin octobre, elle n'était pas certaine de toucher à son gâteau d'anniversaire : celui de ses 116 ans l'avait rendue malade. "Les gens viennent. Je n'invite personne mais ils viennent. D'Amérique, de Suisse, d'Autriche, de Turin, de Milan… Ils viennent de partout pour me voir!", s'était-elle exclamée.

Autonome jusqu'à ses 115 ans. Très indépendante, elle est restée autonome jusqu'à 115 ans, même si elle ne sortait plus de son petit deux-pièces depuis 20 ans. En revanche, depuis l'année dernière elle ne quitte plus son lit et a besoin d'une aide-soignante à plein temps. Son esprit est encore très alerte mais elle entend très mal, s'exprime avec difficulté, voit trop mal pour regarder la télévision et passe une grande partie de ses journées à dormir. Mercredi, elle doit recevoir la visite de quelques proches et de quelques journalistes, ainsi que de la maire de Verbania, Silvia Marchionini.