Emir Kusturica : Vladimir Poutine est "un type bien"

  • A
  • A
Emir Kusturica : Vladimir Poutine est "un type bien"
Le réalisateur serbe Emir Kusturica assume son penchant pour le président russe Vladimir Poutine@ TIZIANA FABI / AFP
Partagez sur :

Selon le réalisateur serbe, Vladimir Poutine est un "homme honnête" tandis que Donald Trump est un "incompétent" qui "fomente des complots". 

À l'occasion de la sortie de son nouveau film On the Milky Road, le réalisateur serbe double Palme d'Or à Cannes (Papa est en voyage d'affaires, 1985 et Underground, 1995) a déclaré avoir de bonnes relations avec le président russe Vladimir Poutine, "c'est un type bien", a-t-il répondu au Journal du Dimanche lors d'une interview. 

Poutine, c'est "homme honnête". "Les Occidentaux le [Poutine] présentent comme le diable. Mensonge ! C'est un homme honnête qui souhaite se faire accepter par l'Ouest", assure l'acteur et musicien de 62 ans. Un portrait élogieux qu'Emir Kusturica oppose à celui de Donald Trump qu'il qualifie d'"incompétent, qui cumule les bourdes, fomente des complots et monte les pays les uns contre les autres."

"Je plaide coupable d'humanisme". La France en prend aussi pour son grade dans cette interview. Le réalisateur serbe accuse l'Hexagone d'avoir vendu pour 13 millions d'euros d'armes au Qatar et à l'Arabie saoudite." Le terrorisme ne serait que "la punition" du danger "omniprésent". "Le monde serait meilleur avec la coopération et non la domination", ajoute-t-il. "Je plaide coupable d'humanisme."

"Je deviens paranoïaque mais j'ai de bonnes raisons". Quant à son opinion sur Poutine qui lui aurait valu une mauvaise réception de son film précédent, Emir Kusturica balaie cette rumeur d'un revers de la main : "c'est de la désinformation". Si Promets-moi, sorti en 2007, a été mal reçu à Cannes, c'est parce qu'"il n'était pas fini".

Ce qui ne l'empêche pas de donner sa propre interprétation de cette affaire. "Je deviens paranoïaque mais j'ai de bonnes raisons : Joshua Levine, le reporter de Vanity Fair qui a publié ces allégations sur Cannes, m'a aussi traité de cannibale ! Il fait partie des journalistes payés par la CIA pour nuire aux travailleurs honnêtes dans le monde."