Emeutes ultraviolentes à Londres

  • A
  • A
Emeutes ultraviolentes à Londres
@ REUTERS
Partagez sur :

26 policiers ont été blessés dans la nuit de samedi à dimanche dans le quartier de Tottenham.

La marche se voulait pacifique. Elle s’est pourtant terminée par des violences jamais vues depuis plusieurs années dans la banlieue de Londres.

Samedi après-midi, environ 300 personnes ont défilé calmement dans le quartier de Tottenham, dans le nord de la capitale britannique. Elles rendaient hommage à un homme de 29 ans, père de quatre enfants, tué par la police lors d’une fusillade jeudi dernier.

Des commerces pillés

Mais à la tombée de la nuit, les manifestants se sont dirigés vers le commissariat de police, et les choses ont dégénéré. Deux voitures de police ont été incendiées, ainsi qu’un bus à deux étages et des camionnettes. Des boutiques ont été saccagées et pillées et 26 policiers ont été blessés.

La police a lutté toute la nuit pour reprendre le contrôle du quartier, contre des personnes souvent masquées, lançant des projectiles et des cocktails molotov.

Regardez le reportage d'Al Jazeera, en anglais :

Des violences "totalement inacceptables"

Le calme a été rétabli dimanche matin, mais de nouveaux incidents ont eu lieu dans la nuit de dimanche à lundi dans plusieurs quartiers de Londres. A Brixton, des centaines de personnes ont pillé une grande surface et des dommages ont également été causés à Oxford Circus. Trois policiers ont notamment été hospitalisés après avoir été percutés par un véhicule.

L'ampleur et la durée des affrontements ont suscité des questions sur l'efficacité de la police londonienne à un an des Jeux olympiques de Londres.

55 arrestations ont eu lieu lors de la première nuit d'émeutes. Un porte-parole du Premier ministre David Cameron a dénoncé des violences "totalement inacceptables". "Rien ne justifie les agressions subies par la police et le public, ni les atteintes à la propriété", a-t-il dit.