Elle ment pour scolariser ses filles

  • A
  • A
Elle ment pour scolariser ses filles
Kelley Williams-Bolar a également écopé de 80 heures de travaux d'intérêt général et trois ans de liberté conditionnelle.@ Capture d'écran
Partagez sur :

Une mère de famille américaine a écopé de 10 jours de prison pour avoir menti sur son lieu de résidence.

Elle voulait juste offrir un avenir meilleur à ses enfants. Kelley Williams-Bolar a été condamnée à 10 jours de prison la semaine dernière à Akron dans l'Ohio, raconte ABC. Son crime ? Avoir menti sur son lieu de résidence et falsifié des documents pour scolariser ses deux filles dans un meilleur établissement.

"C'est accablant. Je suis épuisée." confie cette mère de 40 ans. "J'ai fait tout ça pour elles, et voilà le résultat. Je l'ai fait pour elles".

Kelley habite un quartier difficile et très pauvre d'Akron connu pour son fort taux de criminalité. Il y a quatre ans, sa maison a été cambriolée. Là, c'est le déclic. "J'ai senti qu'il était de mon devoir de faire quelque chose", se souvient-elle.
Pour garantir la sécurité de ses filles, cette mère décide en 2008 de les scolariser ailleurs. Kelley choisit la meilleure école du district de Copley-Fairlawn, lieu de résidence de son père, chez qui elle vit la moitié du temps.

Mais bientôt l'établissement devient soupçonneux.Pour prouver que Kelley Williams-Bolar fraude, l'école a fait appel à un détective privé. Vidéo à l'appui (les images montrent le trajet en voiture pour emmener ses filles à l'école), l'école lui réclame 30.000 dollars (près de 22.000 euros) de frais de scolarité. Elle refuse. L'établissement entame alors des poursuites pour falsification de documents.

"Je ne crois pas qu'il voulait de l'argent. Ils voulaient que je serve d'exemple". Une théorie confirmée par la juge Patricia Cosgrove." J'ai pensé qu'il fallait une condamnation pour décourager ceux qui seraient tentés de frauder les différents districts scolaires".

Kelley Williams-Bolar a également écopé de 80 heures de travaux d'intérêt général et trois ans de liberté conditionnelle. Quant à ses filles de 12 et 16 ans, elles ont été exclues de l'école.