Elections américaines : pourquoi l’Iowa est si important ?

  • A
  • A
Elections américaines : pourquoi l’Iowa est si important ?
@ ALEX WONG / GETTY IMAGES NORTH AMERICA / AFP
18 partages

Traditionnellement, c’est l’Iowa qui ouvre le bal des primaires. Une tradition qui dure depuis quarante ans. Et qui donne le ton.

C'est dans cet Etat du Midwest où maïs et soja poussent à perte de vue, peuplé de 3,1 millions d'habitants, que les 15 candidats aux primaires démocrates et républicaines vont passer une grande partie de leur temps en janvier. Depuis quarante ans l’Iowa est l’indéboulonnable premier Etat du cycle des primaires américaines. Mais d’où vient cette drôle de tradition ?

Une tradition née avec Jimmy Carter. C’est au président Jimmy Carter que l’Iowa doit son rôle dans l’élection présidentielle. Le 19 janvier 1976, alors qu'il n'était qu'un candidat marginal, il a remporté la consultation présidentielle démocrate cet Etat. Un an après, il entrait à la Maison-Blanche. C’est ainsi qu’est née la légende de l'Iowa.

Mais la tradition est née aussi d'un hasard de calendrier. L'origine date de 1972, quand le parti démocrate a décidé d'avancer sa convention nationale d'investiture présidentielle à juillet. Dans l'Iowa, le parti démocrate local a dû avancer ses "caucus" à janvier, pour que les conventions aux niveaux des comtés, des circonscriptions et de l'Etat puissent se tenir successivement auparavant. Le parti républicain s'est aligné dès 1976.

Et le parlement local a inscrit dans la loi que l'Iowa devrait dorénavant voter en premier - huit jours avant le New Hampshire, qui continue d'organiser la première "primaire" officielle. "C'est purement accidentel. L'Iowa n'est pas premier parce qu'il est important. L'Iowa est important parce qu'il est premier", explique le professeur d’université américain Dennis Goldford.

1.200 événements en Iowa pour la campagne 2016. C'est aussi dans l'Iowa qu'Hillary Clinton a commencé ses campagnes, en 2007 et en avril 2015. Ted Cruz, un républicain, y a déjà organisé 91 événements. Le recordman est l'ex-sénateur Rick Santorum, avec 209 déplacements et 73 journées passées dans l'Etat. Au total, selon le décompte du journal local Des Moines Register, les différents candidats ont organisé au moins 1.200 événements en Iowa pour la campagne 2016. Dix fois plus que la Californie, plus grand Etat américain.

Une faible participation. Mais les résultats sont historiquement imprévisibles dans l’Iowa. La consultation, selon les chercheurs, servirait surtout de premier filtrage pour éliminer les candidats les moins sérieux. Aucun candidat n'a jamais remporté l'investiture sans terminer dans les trois premières places en Iowa, sauf John McCain en 2008, quatrième d'un cheveu.

Seuls les électeurs les plus impliqués participent aux réunions, car il faut être présent un soir de semaine pendant au moins une heure (chez les démocrates, la réunion peut durer deux heures ou plus). Résultat, la participation est plus faible que dans les autres Etats phares : 20% en 2012. L'issue d'un des plus importants événements politiques de l'année, aux conséquences planétaires, est in fine décidée par quelque 200.000 ou 300.000 habitants d'un petit Etat rural.