Présidentielle américaine : Donald Trump, ce businessman avant tout

  • A
  • A
Partagez sur :

Sans expérience politique, Donald Trump a bâti sa fortune et son expérience sur un empire immobilier. Portrait d'un businessman qui rêve de la Maison Blanche.

48 HEURES 100% USA

Sera-t-il le 45ème président des Etats-Unis ? L'évocation de son nom suffit à faire frissonner des millions d'Américains. Mais qui est vraiment Donald Trump ? Le candidat républicain à l'élection présidentielle américaine fait avant tout partie de cette race des businessmen américains sans scrupules qui bâtissent des empires... Mais surtout d'imposants buildings.

Un magnat de l'immobilier. Donald Trump c’est l’homme qui voulait mettre son nom partout, à commencer par sa ville natale, New York. Le gamin bagarreur du Queens y a fait pousser des immeubles, comme la Trump Tower dont il habite le dernier étage, un appartement d’or et de marbre. Mais aussi Trump Place, Trump Park Avenue, Trump Building, Trump Palace ou encore le Trump International Hotel, où il loue un restaurant au chef français Jean George. En businessman à l’ancienne, c’est Trump lui-même qui signe le bail et qui en profite pour négocier des repas gratuits.

"Il ne fait rien sans faire un deal", raconte le chef cuisinier à Europe 1. "Parce que chaque fois que je le vois, il me parle du loyer alors que ça fait 19 ans qu'on y est. Et quand on doit renouveler, il nous appelle en direct. 'T'as bien fait de signer avec moi', 'T'as signé le meilleur deal'", poursuit le Français.

De la "Trump City" à "Trump Land". Un empire immobilier qu'il n'a pas limité à New York mais a étendu à tout le pays. Si New York est la "Trump City", la Floride, c’est "Trump Land". Quand il débarque en Floride il y a 30 ans, le jeune Trump incommode la bonne bourgeoisie de cette station balnéaire huppée. Mais peu importe, Trump l’iconoclaste s’impose, à sa manière. Et en quelques années, Mar A Lago, la propriété gigantesque de Donald Trump à Palm Beach, est devenu l’un des clubs privés les plus courus au monde.

"Les Anglos-saxons de Palm Beach étaient furieux, ils le détestaient", se souvient l’une de ses amies, Régine Traulsen. "Comme il y a plusieurs clubs ici qui n'acceptent pas de Juifs, pas de Noirs, il a dit : 'Alors je fais un club privé pour tout le monde. Si vous avez les moyens de devenir membre, vous êtes membre.' C'était leur punition. Comme il dit toujours : 'On me tape dessus, je vous tape dessus encore plus fort'." Et ceux qui le détestaient hier vont probablement voter pour lui aujourd'hui.

taj mahal, Donald Trump crédit : Xavier Yvon / Europe 1

Le Taj Mahal est désormais vide et fermé.


Un bâtisseur qui peut se transformer en fossoyeur. Mais Donald Trump n'a pas réussi partout où il s'est implanté. Dans le New Jersey, il fait plutôt office de fossoyeur. Atlantic City, la ville du jeu, était l’endroit rêvé pour continuer à faire briller le nom de Trump. Mais après plusieurs faillites, les lettres dorées ont été retirées du "Trump Plaza". Quant à son bijou mégalo avec ses coupoles, le Taj Mahal Trump, il est aujourd’hui vide et fermé. De l’autre coté de la rue, on aperçoit une soupe populaire où Josh vient faire la queue, il était agent de sécurité au Taj Mahal.

"J'étais en face, maintenant, je suis là. Je ne devrais pas avoir à faire la manche si seulement il avait fait plus d'efforts pour sauver le casino. C'est pas parce que vous avez beaucoup d'argent que vous pouvez marcher sur les petites gens. Surtout quand c'est les petites gens qui vous ont construit. Oui, on aura vraiment des problèmes s'il dirige le pays comme ses affaires", s'inquiète Josh. Qu’il gagne ou non l’élection, Trump le businessman aura en tout cas perdu des clients. Son nom révulse désormais certains Américains, qui ont lancé un mouvement de boycott de ses hôtels, de ses golfs et même de sa ligne de vêtements.