Élection présidentielle dans le calme en Haïti

  • A
  • A
Élection présidentielle dans le calme en Haïti
Les Haïtiens ont dû choisir dimanche entre 27 candidats dont trois favoris : Jovenel Moïse, Jude Célestin et Maryse Narcisse. @ HECTOR RETAMAL / AFP
Partagez sur :

Les résultats de ce premier tour de la présidentielle seront connus le 29 décembre prochain, avant le second tour programmé pour le 29 janvier.

Les Haïtiens ont voté dimanche sans incident majeur pour élire leur président ainsi que des députés et sénateurs, après une année de crise institutionnelle et un ouragan dévastateur en octobre.

"Sentiment de satisfaction". Après la fermeture des bureaux de vote à 16h locales (22h en France), les autorités électorales ont témoigné de leur satisfaction devant la bonne tenue des scrutins. "Nous avons un sentiment de satisfaction par rapport à la façon dont la journée se déroule, sans violence, sans incidents graves ou perturbations de scrutin", a déclaré Léopold Berlanger, président du conseil électoral provisoire. Les bulletins vont désormais être centralisés et traités au centre de dépouillement national et les résultats officiels de ce 1er tour doivent être publiés le 29 décembre. Si aucun candidat à la présidence n'obtient plus de 50% des suffrages, un second tour est prévu le 29 janvier 2017.

Trois favoris. Parmi les 27 candidats à la présidence d'Haïti se détachent trois favoris : Jovenel Moïse, choisi par l'ancien chef de l'État Michel Martelly pour représenter son parti le PHTK (Parti haïtien Tèt kale), Jude Célestin sous la bannière de la Ligue alternative pour le progrès et l'émancipation haïtienne (Lapeh) et Maryse Narcisse, porte-parole de l'ancien président Aristide. Vingt-cinq postes de députés sur 109 sont également en jeu ainsi que 16 sièges de sénateurs sur 30.

Après plusieurs rebondissements. Ces scrutins avaient été organisés en octobre 2015 mais, à la suite de vives contestations de l'opposition d'alors, et devant les preuves de fraudes massives, les autorités ont décidé d'annuler l'élection et de reprendre le processus à zéro. Cette annulation avait empêché Michel Martelly, élu président en 2011, de transmettre le pouvoir à un successeur élu au suffrage universel. Pour assurer l'intérim, le parlement a exceptionnellement élu en février Jocelerme Privert, alors président du Sénat, au poste de président provisoire. Finalement programmé le 9 octobre, le premier tour de la présidentielle avait été à nouveau reporté en raison du passage dévastateur de l'ouragan Matthew sur la moitié sud du pays le 4 octobre.