Election partielle en Ohio, un scrutin risqué pour Trump et les républicains

  • A
  • A
Election partielle en Ohio, un scrutin risqué pour Trump et les républicains
Danny O'Connor, avocat de 31 ans, pourrait bien être mardi soir un nouvel élu de l'Ohio. @ SCOTT OLSON / GETTY IMAGES NORTH AMERICA / AFP
Partagez sur :

Le démocrate Danny O'Connor pourrait mardi créer la surprise en l'emportant sur le républicain Troy Balderson.

Une élection partielle pour le Congrès américain doit se tenir mardi dans l'Ohio, un scrutin à haut risque pour le parti du président, qui retient son souffle trois mois avant les élections législatives. Des primaires ont par ailleurs lieu mardi dans le Michigan, le Missouri et l'Etat de Washington, ainsi que dans le Kansas pour désigner un candidat au poste de gouverneur.

L'avance républicaine s'est évaporée. Les républicains pensaient le district acquis au Grand Old Party. Mais les démocrates espèrent le faire basculer et envoyer ainsi un message d'avertissement à Donald Trump. A la manœuvre, Danny O'Connor, avocat de 31 ans, est face au républicain Troy Balderson, élu du Sénat de l'Ohio. Les dix points d'avance du mois de juin de Troy Balderson se sont évaporés.

"Les républicains sont en difficulté". Une victoire du jeune démocrate pour remplacer le représentant républicain partant en retraite, Patrick Tiberi, sonnerait comme un appel à la mobilisation générale pour le parti démocrate, avide de reprendre le contrôle de la Chambre des représentants en novembre prochain. "Le fait que ce soit si serré indique que les républicains sont en difficulté dans tout le pays", pronostique David Cohen, professeur de sciences politiques à l'université d'Akron. 

L'Ohio fait partie des "swing states", ces Etats-clés de l'élection présidentielle américaine. Donald Trump y avait devancé la candidate démocrate Hillary Clinton de huit points en 2016. Si les républicains contrôlent aujourd'hui le Sénat et la Chambre des représentants, Donald Trump en personne s'inquiète devant l'éventualité de perdre la majorité lors des élections de mi-mandat en novembre, l'empêchant ainsi de mener à bien son programme.

Trump prédit "une vague rouge". Ces dernières semaines, il a fait campagne à travers le pays, prenant la parole avant des primaires républicaines, apportant son soutien à des candidats et demandant à ses partisans, comme il l'a fait dans l'Ohio samedi soir, d'aller voter. "Ils parlent d'une vague bleue. Je ne crois pas", a-t-il estimé lors de ce meeting en soutien au candidat républicain.  "Je pense qu'il pourrait y avoir une vague rouge", a-t-il lancé, en référence aux couleurs de son parti. Des experts, y compris ceux du Cook Political Report, organe non partisan, pensent que le défi des républicains pour garder la majorité à la Chambre semble de plus en plus difficile. Les démocrates ont besoin de remporter 23 sièges au niveau national pour récupérer la chambre basse du Congrès.