Des fêtes de Pâques endeuillées pour les coptes d'Égypte : "on va se battre en priant"

  • A
  • A
Partagez sur :

Malgré le double attentat qui a endeuillé l'Église copte d'Égypte dimanche dernier, les chrétiens du Caire ne comptent pas renoncer aux célébrations de Pâques ce week-end.

REPORTAGE

Des millions de Chrétiens à travers le monde se sont réunis vendredi en mémoire de la mort de Jésus… avant qu’il ressuscite samedi, le jour de Pâques. En Égypte, l'Église copte a annulé en partie les célébrations et festivités. En deuil après la mort de 45 personnes dans le double attentat de dimanche dernier, les églises ont simplement organisé des messes et prières de recueillement. Pour les 10 millions de chrétiens d'Égypte, la tristesse s’ajoute la crainte de nouvel attentat.

Une sécurité au plus haut niveau. Des murets en béton empêchent d’approcher l'église Sainte-Thérèse. Une dizaine de policiers munis de gilets pare-balles contrôlent chaque identité, ouvrent chaque sac avant de laisser passer les fidèles sous le détecteur de métaux. Un renforcement sécuritaire inédit auquel s'est résigné Monica, que la peur ne quitte pas pour autant.

"Bien sûr, ça me gêne que pour avoir de la sécurité, on doive avoir recours à tout ça mais malheureusement, c'est ce qu'on doit vivre. Je connaissais un père qui était dans l'église à Tanta mais, grâce à Dieu, il n'a pas été blessé. Mais bien sûr, ça trouble et ces idées viennent toujours en tête. Y aura-t-il quelque chose ce matin à l'église ? Qui est le prochain ?"

Une ferveur renforcée. Les jeunes de la chorale sont au complet. Malgré les avertissements de ses amis, Sandra tenait à participer à cette messe plus que jamais. "Mes collègues ne sont pas chrétiens. Et ils m'ont dit 'N’y va pas, ne va pas à l’église aujourd'hui après ce qui s’est passé'. J'ai répondu : 'Non, j'irai, et on va tous y aller, j'ai le devoir d'y être.' On leur montre qu'on n'a rien à craindre et qu'on va se battre en priant." Un sentiment partagé par la majorité des chrétiens de ce quartier populaire qui, pendant cette semaine sainte, étaient bien plus nombreux à venir prier que d’ordinaire.