Égypte : la mort d’une manifestante émeut la Toile

  • A
  • A
Égypte : la mort d’une manifestante émeut la Toile
@ Capture d'écran Twitter
Partagez sur :

SUR LE WEB - La mort d’une jeune manifestante, durant un rassemblement pacifique au Caire, a ému les internautes.

La mort d’une jeune femme, samedi dernier en Égypte, a ému les internautes du monde entier. Shaïmaa al-Sabbagh, une militante laïque de 34 ans, a été tuée samedi au cours du rassemblement d’un mouvement de gauche. La jeune femme manifestait à la veille du quatrième anniversaire de la révolte de 2011 quand elle a été touchée par un tir de chevrotine. Des manifestants ont accusé la police d’avoir ouvert le feu sur Shaïmaa al-Sabbagh, ce que le ministre de l’intérieur égyptien a aussitôt démenti. Mais sur Internet, l’émotion suscitée par sa mort a été mondiale.

Des photos chocs. Sur les réseaux sociaux, les photos de la jeune femme, agonisante dans les rues du Caire, ont rapidement circulé (notre photo ci-dessus). Shaïmaa al-Sabbagh y apparaît le visage en sang, dans les bras d’un homme, selon de nombreux internautes. L’ancienne ministre Rama Yade a publié sur Twitter trois de ces photos prises le week-end dernier.

Le gouvernement dément. Selon le gouvernement égyptien, la police n’a pas ouvert le feu sur la jeune femme. "Aucune arme qu’il s’agisse de fusils à chevrotines ou à balles de caoutchouc n’a été utilisée", a assuré un responsable du ministère de l’intérieur. Mais les internautes ne croient pas à la version officielle.

Les organisations de défense des droits de l’homme indignées. Sur le web, de nombreuses personnes n’ont pas compris la mort de la militante, au cours de ce rassemblement qui s’annonçait pacifique. "Quatre ans après la révolution, la police tue toujours des militants", a dénoncé Human Rights Watch, l’organisation de défense des droits de l’homme, dans un communiqué.

20 morts le week-end dernier. Pour accréditer leurs doutes sur la version du gouvernement égyptien, les internautes rappellent que la mort de Shaïmaa al-Sabbagh n’est pas un cas isolé. Le week-end dernier, près de 20 personnes, presque toutes des manifestants, ont péri au cours d’affrontements avec la police. Des violences meurtrières qui ont éclaté à chaque fois lors de rassemblements contre le président actuel, Abdel Fattah al-Sissi.