Egypte : Amal Clooney veut faire libérer un journaliste

  • A
  • A
Egypte : Amal Clooney veut faire libérer un journaliste
@ AFP/FREDERICK FLORIN
Partagez sur :

LA FEMME DE - La célèbre avocate, épouse de l'acteur George Clooney, défend le Canadien Mohamed Fahmy, un journaliste d’Al-Jazeera emprisonné en Egypte. Il attend toujours d’être extradé dans son pays.

Amal Clooney, la femme de George, va-t-elle obtenir une rencontre avec le président égyptien, Abdel Fattah al-Sissi ? La très médiatique avocate des droits de l’homme demande dans une lettre publiée vendredi, un entretien avec le raïs pour discuter du cas de son client, le journaliste canado-égyptien Mohamed Fahmy. L’ancien chef du bureau d’Al-Jazeera English au Caire est emprisonné dans les geôles égyptiennes depuis un an pour avoir supposément soutenu les Frères musulmans.

Amal Clooney, un de ses représentantes, a affirmé qu’elle se rendrait bientôt en Egypte pour y rencontrer pour la première fois son client. Dans une lettre ouverte, elle demande au président égyptien "la libération immédiate de [son] client" et se dit prête à rencontrer le président pour en parler. Elle demande également "le transfert immédiat [de Mohamed Fahmy] vers le Canada selon les lois en vigueur de même que […] la grâce et sa libération sur critères de santé".

>> LIRE AUSSI – Pourquoi l’Egypte s’acharne sur les journalistes d’Al-Jazeera

Il renonce à sa nationalité. Mais pour l’instant, les tentatives de l’avocate tout comme les pressions internationales sont restées inefficaces. Mohamed Fahmy, ainsi que son co-détenu Baher Mohamed, ont appris lundi qu’un nouveau procès allait se tenir en Egypte, jeudi. Si le journaliste espérait être bientôt libéré, ces nouvelles audiences laissent planer l’incertitude sur le sort qui l’attend. Une semaine auparavant, le ministre canadien des Affaires étrangères avait pourtant annoncé son expulsion imminente vers le Canada. Le 1er février, Peter Greste, un autre de ses co-détenus, a été renvoyé vers l’Australie, son pays d’origine. Mohamed Fahmy espérait connaître le même sort.

Pour retrouver la liberté plus rapidement, Mohamed Fahmy a renoncé à sa nationalité égyptienne. Selon sa famille, "Mohamed n’a jamais demandé à renoncer à sa citoyenneté. Les autorités sont allées le trouver […] et ont passé un accord avec lui, pour qu’il y renonce en échange de sa liberté, affirmant que c’était le seul moyen pour la retrouver pour lui et Peter [Greste]". Le journaliste canadien attend toujours.

En décembre 2013, Mohamed Fahmy avait été arrêté en compagnie du journaliste australien et de son collègue égyptien. Le régime les a condamnés pour avoir soutenu les Frères musulmans, les partisans de l’ancien président Mohamed Morsi, considérés comme des terroristes. Mais en sous-texte, c’est bien le Qatar qui était visé, financeur d’Al-Jazeera, chaîne-sœur d’Al Jazeera English.