Ecoutes : Murdoch sévèrement jugé

  • A
  • A
Ecoutes : Murdoch sévèrement jugé
@ REUTERS
Partagez sur :

Une commission parlementaire a jugé mardi que le magnat avait "délibérément fermé les yeux".

Rupert Murdoch n'est plus en odeur de sainteté en Grande-Bretagne. Depuis la révélation l'été dernier des écoutes réalisées par son hebdomadaire News of the World, le magnat de la presse australien est dans le viseur du Parlement britannique. Et après plus de neuf mois d'enquête, la commission parlementaire britannique a jugé mardi que "Rupert Murdoch a fermé les yeux et fait preuve d'un aveuglement délibéré sur ce qui se passait dans ses sociétés et publications".

Elle va même plus loin en indiquant dans son rapport final de 121 pages que Rupert Murdoch "n'est pas apte à assumer la direction d'un grand groupe international".

La "compétence" du fils en question

James Murdoch, le fils du magnat, est également épinglé par la commission parlementaire, qui l'accuse d'avoir fait preuve d'une "ignorance délibérée" sur ce qui se passait au sein de l'ex-tabloïd, fermé en juillet 2011 pour faire face à la fronde populaire. Selon elle, cela "soulève des questions sur sa compétence".

Le magnat de 81 ans et son fils de 39 ans avaient comparu devant la commission en juillet, avant que James n'y retourne une seconde fois en novembre. Les députés accusent les dirigeants du groupe d'avoir "trompé la commission sur la vraie nature et l'étendue des investigations qu'ils ont affirmé avoir mené sur les écoutes téléphoniques".

Il appartient désormais au Parlement de décider "quelles sanctions doivent être imposées à ceux qui ont traité la commission avec mépris", indiquent-ils dans le rapport.

Murdoch répondra "rapidement"

Cette mise en cause de Rupert et James Murdoch intervient au moment où l'Ofcom, le gendarme des médias britannique, mène en parallèle une enquête qui pourrait le conduire à retirer sa licence de diffusion au bouquet de chaînes par satellite BSkyB, dont le groupe Murdoch est le principal actionnaire.

Dans une première réaction, News Corp., le groupe qui chapeaute l'empire de Rupert Murdoch, s'est contenté d'indiquer qu'il était "en train d'étudier soigneusement" le rapport de la commission et qu'il répondrait "rapidement".