Echange espions contre... espions

  • A
  • A
Echange espions contre... espions
@ REUTERS
Partagez sur :

10 agents secrets russes installés aux Etats-Unis ont été expulsés vers la Russie.

C'est une sorte d'échange de bons procédés entre le Kremlin et la Maison blanche. Dix agents secrets installés aux Etats-Unis et travaillant pour Moscou ont été expulsés vers la Russie, qui a accepté, elle de son côté, de libérer quatre prisonniers condamnés pour contacts avec des services d'espionnage occidentaux.

Une double vie

Ces dix espions, qui menaient depuis des années une double vie aux Etats-Unis, ont été démasqués récemment. Jeudi, ils ont plaidé coupables, certains avec un léger accent russe mais tous sans interprète, à l'exception de la journaliste américano-péruvienne Vicky Pelaez, qui refuse de parler anglais.

Le couple connu sous les noms de Richard et Cynthia Murphy, par exemple, a dévoilé s'appeler Vladimir et Lidia Gouriev. Ils ont raconté devant la justice se trouver aux Etats-Unis depuis le début des années 1990.

Echange de bons procédés

Le Kremlin et la Maison blanche se sont efforcés d'éviter que les arrestations n'aient des retombées négatives sur leurs relations bilatérales, qui s'améliorent depuis l'arrivée à la Maison blanche de Barack Obama.

Le président américain, qui a reçu le président russe Dmitri Medvedev à la Maison blanche en juin, a besoin de l'appui de Moscou dans ses efforts pour empêcher l'Iran de se doter de l'arme atomique et pour maintenir les voies d'approvisionnement aux forces occidentales en Afghanistan. La Russie, de son côté, a besoin du soutien de Washington pour adhérer à l'Organisation mondiale du commerce (OMC).

La Russie libère 4 personnes

En échange de la libération de ces 10 agents secrets, la Russie a accepté de relâcher quatre prisonniers qui sont arrivés vendredi sur le sol américain. Le scientifique russe Igor Soutiaguine est l'un d'eux. Cet expert de l'armement nucléaire a été condamné en 2004 à 15 ans de prison par la justice russe pour avoir remis des informations classées secret défense à une compagnie britannique qui servait d'intermédiaire à la CIA.

Les trois autres prisonniers ont été reconnus coupables de trahison et purgent de longues peines de réclusion.