Ebola : un premier cas de virus confirmé au Sierra Leone

  • A
  • A
Ebola : un premier cas de virus confirmé au Sierra Leone
@ Reuters
Partagez sur :

EPIDEMIE - Le virus se propage rapidement en Afrique de l'Ouest. Un médecin américain a été placé en quarantaine.

L'info. Un médecin américain aidant à lutter contre l'épidémie de fièvre hémorragique liée au virus Ebola dans plusieurs pays de l'Afrique de l'Ouest a lui-même été contaminé au Liberia, a annoncé l'organisation humanitaire pour laquelle il travaille. Samaritan's Purse, une association caritative chrétienne, a indiqué que le Dr Kent Brantly avait été placé en quarantaine au sein du centre de traitement contre l'Ebola de l'organisation, à l'hôpital ELWA de Monrovia, la capitale du Liberia. "Le Dr Brantly est marié et a deux enfants", a précisé l'organisation dans un communiqué publié sur son site internet samedi.

>> A LIRE AUSSI - Ebola : le virus hors de contrôle dans trois pays d'Afrique.

Une épidémie qui s'étend. Le virus Ebola a tué 660 personnes depuis le début de l'épidémie en Afrique de l'Ouest il y a quelques mois, principalement dans trois pays: Guinée (314 morts), Sierra Leone (219 morts) et Liberia (127 morts), selon un récent bilan de l'Organisation mondiale de la santé (OMS). Vendredi, les autorités nigérianes ont en outre annoncé qu'un Libérien était mort du virus Ebola à Lagos, la plus grande ville d'Afrique, devenant le premier cas répertorié au Nigeria. L'Ebola tire son nom d'une rivière du nord de l'actuelle République démocratique du Congo (ex-Zaïre), où il a été repéré pour la première fois en 1976. Son taux de mortalité peut aller de 25 à 90% chez l'homme.

>> A LIRE AUSSI - Pourquoi l'Ebola inquiète la Guinée

Un virus très contagieux. La "fièvre hémorragique à virus Ebola" se transmet par contact direct avec le sang, les liquides biologiques ou les tissus de personnes ou d'animaux infectés. Elle cause de fortes fièvres, des douleurs musculaires, ainsi que vomissements, diarrhée voire hémorragie. Le gouvernement américain a déclaré samedi suivre avec attention l'évolution de l'épidémie et "continuer de mobiliser de multiples agences gouvernementales pour aider les pays affectés".

>> A LIRE AUSSI - Fièvre Ebola : les zones à éviter en Afrique