Ebola : le point sur l'épidémie

  • A
  • A
Ebola : le point sur l'épidémie
L'épidémie est responsable de 932 morts sur les quelque 1.711 cas d'infection depuis mars selon le dernier bilan de l'Organisation Mondiale de la Santé.@ Reuters
Partagez sur :

L'ESSENTIEL - Des soldats déployés en Sierra Leone, des compagnies aériennes qui suspendent leur desserte dans les zones infectées : Europe1.fr fait le point.

ebola-ok

© REUTERS/Ahmed Jallanzo

Des soldats déployés en Sierra Leone. Les autorités sierra-léonaises ont déployé des centaines de soldats autour des centres accueillant des malades d'Ebola pour faire respecter les mesures de quarantaine, a annoncé mardi la présidence. Cette décision vise à "dissuader les familles et les amis de malades présumés d'Ebola de les emmener de force des hôpitaux sans accord médical, ce qui est déjà arrivé", a déclaré un conseiller présidentiel, assurant qu'il s'agissait d'une "mesure de précaution".

Le président Ernest Bai Koroma a décrété le 1er août l'état d'urgence pour une période de 60 à 90 jours, annonçant une batterie de mesures strictes, dont le placement en quarantaine des foyers d'Ebola, l'escorte des travailleurs sanitaires par la police et l'armée, et des perquisitions pour repérer les malades présumés.

>> A lire aussi : Virus Ebola : l'épidémie est "hors de contrôle"

British Airways

© REUTERS/Bogdan Cristel

British Airways suspend ses vols vers le Liberia et la Sierra Leone. British Airways a annoncé mardi la suspension jusqu'au 31 août au moins de ses vols vers le Liberia et la Sierra Leone, deux des quatre pays africains touchés par l'épidémie de fièvre hémorragique Ebola. La compagnie britannique assure d'habitude quatre vols hebdomadaires vers Monrovia, au Liberia, après une escale à Freetown, en Sierra Leone.

Les compagnies panafricaines Arik et ASKY avaient déjà suspendu leur vols vers et depuis le Liberia et la Sierra Leone après la mort d'un passager libérien fin juillet à Lagos, au Nigeria. Vendredi dernier, la compagnie Emirates, basée à Dubaï, avait annoncé la suspension "jusqu'à nouvel ordre" de tous ses vols vers la Guinée.

>> A lire aussi - Ebola : l'épidémie risque-t-elle d'arriver en France ?

Ebola Etats-Unis

© Reuters

Les Américains infectés soignés avec un anticorps jamais testé. La missionnaire américaine Nancy Writebol, infectée par le virus Ebola en Afrique est arrivée mardi à Atlanta pour y être traitée dans un hôpital spécialement équipé où elle sera mise en quarantaine.

Comme l'autre Américain malade, le Dr Kent Brantly,  elle est traitée avec un anticorps expérimental jamais testé auparavant sur des humains. Un nouveau traitement appelé ZMapp qui semble, selon les médecins traitant cités par la chaîne CNN, avoir eu un effet "miraculeux" en atténuant rapidement les symptômes. 

La Banque mondiale promet un soutien financier. La Banque mondiale va mobiliser 200 millions de dollars en urgence pour aider la Guinée, le Liberia et la Sierra Leone à contenir l'épidémie d'Ebola. Les financements annoncés iront à des actions à court terme de soutien médical, mais aussi à des actions à long terme de soutien économique, budgétaire et social. Les pays touchés "sont tous des Etats fragiles (...) qui ont besoin d'une réponse rapide", a souligné Makhtar Diop, vice-président de l’institution pour l'Afrique.

Plus de 1.700 cas d'infection recensés. Le Liberia est un des quatre pays avec la Sierra Leone, le Nigeria et la Guinée à faire face à une épidémie d'une ampleur sans précédent d'Ebola, responsable de 932 morts sur les quelque 1.711 cas d'infection depuis mars selon le dernier bilan de l'Organisation Mondiale de la Santé publié mercredi. Il s'agit de loin de la plus grave épidémie d'Ebola en près de 40 ans d'histoire de la maladie.