Ebola : l’épidémie régresse…pour le moment

  • A
  • A
Ebola : l’épidémie régresse…pour le moment
@ REUTERS
Partagez sur :

Des progrès ont été accomplis dans la lutte contre la fièvre hémorragique. Mais c’est encore loin d’être la fin de l’épidémie.

La lutte contre le virus Ebola commence à porter ses fruits. La placement en quarantaine d'une centaine de personnes a été levée au Mali, et le Libéria a constaté une baisse soutenue des nouvelles contaminations. Mais la psychose autour du virus ne s'est pas pour autant calmée. Mardi, la confédération africaine a ainsi officialisé l’annulation de la CAN au Maroc, le pays du Maghreb renonçant à cause des craintes autour d’Ebola. Surtout, l’Afrique de l’Ouest est encore loin d’avoir réussi à éradiquer définitivement la fièvre hémorragique virale qui a fait près de 5.000 morts.

 L’optimisme au Mali et au Libéria… Au Mali, dernier pays atteint, la quarantaine était sur le point d'être levée mardi pour une centaine de personnes, aucune ne présentant de symptômes. Sur 108 personnes identifiées, "25 ont été suivies pendant 21 jours (la durée maximale d'incubation du virus) et ont été libérées du système de surveillance", a indiqué l'Organisation Mondiale de la Santé lundi. L'équipe médicale malienne chargée de suivre la situation assure également que tous les patients se portent bien. L'optimisme était également de mise au Liberia, pays le plus touché, où le nombre de nouveaux cas continue de baisser. Il est ainsi passé de "50 à 100 par jour", contre plusieurs centaines au plus fort de l'épidémie en septembre, a déclaré le vice-ministre libérien de la Santé Tolbert Nyensuah.

…l’inquiétude en Sierra Leone. En Sierra Leone en revanche, deuxième pays le plus touché et celui où l'épidémie progresse le plus rapidement, la situation restait préoccupante. Selon l’OMS, le nombre de cas et de morts est chroniquement sous-estimé. "Les bilans se sont stabilisés dans certaines régions mais à Freetown et Hastings (sud-est de la capitale), dans l'ouest du pays, les cas flambent", a indiqué une porte-parole de l'OMS en Sierra Leone. L'ancienne conseillère spéciale du président Ernest Bai Koroma, le Dr Silvia Bleyden, elle-même médecin, accuse elle les autorités sanitaires et le ministère de la Santé de "délibérément minimiser les bilans".

Des dons insuffisants. Dans le monde entier, la mobilisation se poursuit. Le chanteur irlandais Bob Geldof veut ainsi enregistrer une chanson caritative avec Daft Punk et Johnny Halliday pour la version française, au profit de la lutte contre Ebola. Des grands patrons africains se sont eux engagés à donner 28 millions de dollars. Mais la mobilisation internationale reste encore insuffisante. L'ONU estime ainsi que seulement la moitié du milliard de dollar nécessaire pour lutter contre le virus a été engagée. Et Joanne Liu, présidente de Médecins Sans Frontières (MSF), a déclaré à New York que la réponse de l'OMS à Ebola était arrivée trop tard. Car, sur le terrain, les humanitaires expliquent qu'il faut plus de médecins, plus d'infirmières et des unités de soin plus mobiles. La preuve qu’Ebola est loin d’être encore vaincue.

>> LIRE AUSSI : La réponse à Ebola est arrivée trop tard