Dutroux : "la pilule ne passe pas"

  • A
  • A
Dutroux : "la pilule ne passe pas"
L'avocat de Sabine Dardenne s'oppose à la possibilité de la venue de Michelle Martin en France.@ Maxppp
Partagez sur :

L'hypothèse de la venue en France de Michelle Martin scandalise les victimes et leurs familles.

Pour l’instant, la justice française n’a pas été officiellement sollicitée par la Belgique. Mais dans les tous prochains jours, les deux ministères vont devoir s’accorder sur les conditions du régime de la liberté conditionnelle de Michelle Martin, l'ex-femme et complice du pédophile meurtrier Marc Dutroux.

Mais l’exil religieux en France de la femme la plus détestée de Belgique scandalise Jean-Philippe Rivière, avocat de Sabine Dardenne, l’une des victimes survivantes de Marc Dutroux. "Il y a quelques temps en Belgique, il y a eu un gros scandale parce qu’un ancien évêque a avoué avoir commis une série d’attouchements sur des petits garçons. Et puis nous avons appris qu’il avait trouvé refuge dans un monastère en France", rappelle-t-il.

"Maintenant, c’est Michelle Martin qui va trouver refuge dans un couvent en France. J’adore la France, c’est un très beau pays mais on va finir par avoir peur de visiter vos couvents et vos monastères avec des enfants", prévient l'avocat. "Moi, je crois que la rédemption passe d’abord par la punition", estime encore Jean-Philippe Rivière.

"Pour Sabine Dardenne, couvent ou pas, la pilule ne passe pas" :

Si elle réside dans un couvent qui accepte de l’accueillir, Michelle Martin sera libre d’aller et venir. Mais avec obligation d’indemniser ses victimes, d’un suivi psychologique et interdiction de s’exprimer dans la presse.

Pour remettre en cause la remise en liberté de Michelle Martin, certaines familles de victimes espèrent que la France refusera l’accueil de la complice de Dutroux sur son territoire. Mais selon la justice belge, il n’y a pas de raison que la convention signée par les deux pays ne soit pas respectée.