Dubaï : assassinat et faux passeports

  • A
  • A
Dubaï : assassinat et faux passeports
@ Reuters
Partagez sur :

Un commando utilisant des faux passeports, dont un français, a assassiné un cadre du Hamas.

L’histoire est digne d’un film d’espionnage. En janvier dernier, un commando de 11 personnes se rend à Dubaï et assassine Mahmoud al-Mabhouh, l'un des fondateurs de la branche armée du mouvement islamiste palestinien Hamas. Le problème, c’est que le commando en question n’a pas été des plus discrets.

En exploitant la vidéosurveillance, la police de Dubaï parvient à retracer le parcours du groupe, quasiment minute par minute. Rapidement, elle conclut que ses membres ont utilisé des faux passeports européens. Le lien avec Israël est immédiatement établi, et le Mossad, le service secret de l’Etat hébreu, est très vite pointé du doigt.

Falsification quasi-parfaite

Car au moins sept des faux documents concernent des résidants israéliens qui possédent une double nationalité… Et qui n’ont rien à voir avec l’assassinat. "Je suis profondément choqué. Le monde entier se demande si c'est moi. (...) Peut-être que cela fait sourire certains, pour moi, ce n'est pas drôle", a affirmé l'un d'eux, Paul John Keeley (43 ans), dans la presse israélienne.

Mais si l’opération a révélé un manque criant de professionnalisme, la falsification, elle, touche à la perfection. C’est par exemple le cas du faux passeport concernant un Français. L’imitation est pratiquement indécelable, de l’avis des spécialistes français qui enquêtent sur l’affaire. A tel point que c’est le chef du commando lui-même qui a utilisé ce passeport au nom de Peter Elvinger, 1,72 m qui serait né le 10 octobre 1960. Le numéro de série du document correspond effectivement à une pièce existante, délivrée le 7 juillet 2004, enregistrée en préfecture,

Tension

L’affaire crée des tensions entre l’Etat hébreu et les pays concernés. Londres a convoqué mercredi l'ambassadeur d'Israël. "Etant donné les liens entre Israël et un certain nombre de ressortissants britanniques impliqués, il y aura une réunion entre le secrétaire général du Foreign Office et l'ambassadeur d'Israël demain", a annoncé un porte-parole du ministère britannique des Affaires étrangères.