DSK libéré sous caution, mais inculpé

  • A
  • A
DSK libéré sous caution, mais inculpé
Les avocats de DSK ont demandé sa libération sous caution.@ CAPTURE D'ECRAN
Partagez sur :

Revivez les derniers développements de l’affaire DSK jeudi.

Dominique Strauss-Kahn, qui a officiellement démissionné (lire l'article) de ses fonctions de directeur général du FMI, va être libéré sous caution vendredi. Il retrouvera la liberté après une dernière nuit en prison et en attendant son procès. En effet, Dominique Strauss-Kahn a été inculpé par la justice américaine.

22h57 : André Vallini se réjouit. Le député PS de l'Isère, qui se dit "adversaire farouche de la détention provisoire", s'est "réjoui que Dominique Strauss-Kahn puisse être remis en liberté". "Le plus important pour Dominique Strauss-Kahn ce n'est pas sa carrière politique, ce n'est plus l'élection présidentielle. Ce qui est important pour lui c'est de prouver son innocence, de se reconstruire après ce qu'il a vécu et d'assurer sa meilleure défense", dit-il sur BFM-TV..

22h55 : Jean-Christophe Cambadélis "soulagé". Le député strauss-kahnien a dit à l'AFP qu'il était "soulagé par cette première éclaircie pour la défense après cinq jours d'accusations sans relâche".

22h50 : "Une bonne nouvelle". Le numéro deux du PS Harlem Désir se réjouit, auprès de l'AFP, de la libération sous caution de DSK : "c'est une bonne nouvelle, cela va lui donner les moyens d'assurer sa défense dans des conditions dignes et d'être auprès de sa famille. C'est un soulagement pour tous ses amis".

22h31 : "Un grand soulagement pour la famille. William Taylor, l'avocat de Dominique Strauss-Kahn, s'est exprimé à la sortie de l'audience et a évoqué "un grand soulagement pour Dominique Strauss-Kahn et sa famille". "Nous sommes soulagés, ravis, heureux et nous allons pouvoir nous concentrer sur d'autres éléments du dossier", a-t-il ajouté.

22h30 : Inculpé pour sept chefs d'accusations. Dominique Strauss-Kahn a été formellement inculpé pour les sept chefs d'accusations cités jusqu'à présent, dont tentative de viol au premier degré, agression sexuelle au premier degré, séquestration et attouchement non consenti.

22h20 : Encore une nuit en prison. Dominique Strauss-Kahn passera la nuit de jeudi à vendredi en prison, le temps que sa caution - d'un montant d'un million de dollars - soit payée.

22h18 : Prochaine audience le 6 juin. Dominique Strauss-Kahn comparaîtra à nouveau devant la justice à New York le 6 juin pour une audience lors de laquelle il pourrait plaider non coupable des accusations qui pèsent sur lui.

21h53 : DSK libéré sous caution. Dominique Strauss-Kahn vient d'être libéré sous caution. Il est soumis à des restrictions importantes comme une assignation à résidence. La caution a été fixée à un million de dollars, avec un dépôt de garantie de 5 millions.

21h52 : L'audience reprend. Dominique Strauss-Kahn est de retour dans la salle.

21h41 : Les avocats de retour. Les avocats sont de retour dans la salle d'audience. Elle pourrait reprendre d'une minute à l'autre.

21h16 : Anne Sinclair demande des nouvelles de son mari. Anne Sinclair a demandé à l'avocat de son époux comment il se porte. "Il est déprimé et il déteste ça", lui a répondu l'avocat. DSK a quitté la salle d'audience.

21h14 : L'audience est suspendue. Le juge vient de se retirer pour réfléchir à la demande de remise en liberté sous caution de Dominique Strauss-Kahn. Il rendra sa décision avant la fin de la journée (aux Etats-Unis) et donc dans la soirée ou la nuit, en France.

juge tribunal DSK 930620

© CAPTURE D'ECRAN

21h09 : La décision rendue plus tard. Le juge va réfléchir à la demande de libération sous caution formulée par l'avocat de Dominique Strauss-Kahn. Il prend le temps de se renseigner et veut connaître le temps nécessaire pour émettre une alerte en cas de fuite avec une surveillance électronique. Il rendra sa décision dans la soirée ou vendredi au plus tard.

avocat DSK tribunal audience

© CAPTURE D'ECRAN

20h59 : Parole à la défense. L'avocat de Dominique Strauss-Kahn, William Taylor, reprend la parole après que l'accusation a pointé du doigt une tentative de fuite de DSK. Le juge serait en train de demander des garanties de surveillance 24 heures sur 24 de Dominique Strauss-Kahn s'il est libéré sous caution. Il questionne l'avocat sur la restitution du passeport de DSK.

20h56 : Chaque jour de nouveaux éléments. Selon l'accusation - qui a la parole - l'"enquête se poursuit" et apporte "chaque jour de nouveaux éléments". Le parquet dit que l'offre d'un million de dollars de caution n'a "aucun sens".

20h51 : Le procureur prend la parole. Les avocats de Dominique Strauss-Kahn ont terminé. C'est maintenant au tour du procureur de s'exprimer. Il dit qu'il n'y "aucune raison de le libérer" et qu'il existe "des preuves solides". Il pointe du doigt "un homme puissant et influent qui a voulu fuir".

20h47 : Les avocats demandent une remise en liberté. Les avocats de Dominique Strauss-Kahn s'adressent au juge et demandent à ce que l'ancien patron du FMI soit remis en liberté sous caution. Ils proposent des "conditions plus que suffisantes", c'est-à-dire une remise en liberté avec le port d'un bracelet électronique, une assignation à résidence et des gardiens prêts à le surveiller en attendant l'arrivée du système électronique.

20h40 : DSK formellement inculpé. L'audience de l'ancien patron du FMI vient de débuter. Ses avocats ont la parole. Au même moment on apprend que Dominique Strauss-Kahn est formellement inculpé par une chambre d'accusation (grand jury) à la suite des accusations d'agressions sexuelles portées contre lui par une femme de chambre d'hôtel, a indiqué jeudi le ministère public. Le parquet a fait savoir qu'il s'oppose à sa libération sous caution.

20h34 : DSK est arrivé dans la salle d'audience. L'ancien patron du FMI est arrivé dans la salle 51 du palais de justice. Il a souri à sa famille en entrant dans la salle. Il ne porte pas de menottes, selon notre correspondant sur place.

DSK tribunal 19.05

© CAPTURE D'ECRAN

20h31 : L'audience va commencer. Les avocats de Dominique Strauss-Kahn sont dans la salle. L'audience devrait débuter d'une minute à l'autre.

20h15 : Anne Sinclair est arrivée. L'épouse de Dominique Strauss-Kahn vient d'arriver dans la salle d'audience. Elle s'est installée, avec la fille de DSK, au premier rang. Les deux femmes se tiennent la main. Les avocats de l'ancien patron du FMI sont également dans la salle.



L’arrivée d’Anne Sinclair à l’audience de DSK



19h55 : Un jeune homme prend place. Un membre de la famille de Dominique Strauss-Kahn aurait pris place dans la salle d'audience, indiquent les journalistes présents sur Twitter. Il aurait pris place sur l'une des trois places libérées. Certains évoquent le mari de la fille de l'ancien directeur du FMI.

19h47 : Jospin "dans l'attente de la vérité". L'ancien Premier ministre a affirmé jeudi àqu'il était "dans l'attente de la vérité qui sortira de la procédure qui commence". Lionel Jospin a expliqué que la "situation aujourd'hui (le) rend triste et (le) laisse aussi dans l'attente. (...) Parce qu'on a un accusé qui a le droit à la présomption d'innocence et on a une plaignante qui a le droit que sa parole ne soit pas discréditée".

19h45 : Des sièges libérés pour la famille. Trois sièges ont été libérés au premier rang de la salle 51 du palais de justice de New York, selon le correspondant d'Europe 1 sur place. Il affirme qu'ils seront pour les membres de la famille de DSK.

19h34 : DSK sera jugé par Michaël Obus. Le correspondant d'Europe 1 sur place affirme que le juge du jour est Michaël Obus. Dominique Strauss-Kahn avait été jugé par une femme lundi, Melissa Jackson.

19h29 : L'audience filmée ? D'après des journalistes français présents dans la salle d'audience qui s'expriment via Twitter, il y aurait une caméra et un photographe dans la salle 51 du palais de justice de New York. Les portables seraient autorisés.

19h17 : Europe 1 dans la salle. Les médias français sont entrés dans la salle 51 du palais de justice de New York, après les médias américains accrédités. Tout le monde attend le début de l'audience. Elle devrait commencer vers 20h15.

19h07 : Priorité à la presse américaine. Les médias américains accrédités comme le Washington Post ou encore le New York Times entrent en premier dans la salle d'audience. Les autres médias attendent.

19h00 : Les journalistes prêts à entrer. Les journalistes, très nombreux, s'apprêtent à entrer dans la salle 51 du palais de justice de New York où va se tenir l'audience de Dominique Strauss-Kahn. Elle devrait débuter vers 20h15.

De très nombreux journalistes sont postés devant le palais de justice de New York.

© MAXPPP

18h37 : Les avocats confiants. Dominique Strauss-Kahn a pu voir ses avocats, qui s'apprêtent à faire une demande de remise en liberté sous caution. Ils paraissent confiants, rapporte notre envoyé spécial à New York, car ce n'est pas le même juge que lundi qui examinera le dossier.

18h27 : DSK "optimiste et en bonne santé". Dominique Strauss-Kahn est "optimiste et en bonne santé", a affirmé l'un de ses avocats américains à la radio RTL avant l'audience au tribunal de New York qui doit examiner sa demande de remise en liberté jeudi. "Il est innocent. Nous avons (l'espoir) de gagner son release (sa libération, NDLR), aujourd'hui ou demain ou très tôt la semaine prochaine", a déclaré William Taylor.

18h20 : Négocier une libération sous caution. Les avocats de Dominique Strauss-Kahn devraient aller un peu plus loin que lors de l'audience de lundi dans la demande de remise en liberté de l'ancien patron du FMI. Selon l'avocat américain, Stefen Dreyfuss, interrogé sur Europe 1, ils devraient proposer, en plus d'une caution d'un million de dollars, le port d'un bracelet électronique, la restitution du passeport de DSK, ainsi que son assignation à résidence 24 heures sur 24.

18h15 : L'audience filmée ? C'est ce qu'affirment certains journalistes sur place, via Twitter. Les caméras d'AP et NBC auraient été autorisées à rentrer dans la salle d'audience.

18h09 : DSK est arrivé discrètement. L'ancien patron du FMI "est arrivé discrètement au tribunal vers 16 heures", nous rapporte le correspondant d'Europe 1 sur place. "Pas de menottes, ni de fourgon", poursuit-il. La salle d'audience se trouve au 13e étage du palais de justice où il y a beaucoup d'agitation et beaucoup de journalistes.

L'ESSENTIEL DE 18 H. Europe1.fr résume pour vous les toutes dernières infos sur l’affaire DSK. Pour retrouver "L’Essentiel", cliquez ici.

17h40 : "Il faut se débarrasser des salauds". Le tabloïd The New York Post a accusé jeudi dans un article au vitriol les "décadents", "dépravés", "malodorants" qui commettent des "crimes passionnels" à New York d'avoir un point en commun : être "étrangers", en référence aux démêlés judiciaires de Dominique Strauss-Kahn. "Assez, c'est assez ! Il faut se débarrasser des salauds. De l'automne à l'été, ils arrivent sur nos rives, les décadents, les dépravés, les malodorants, les cupides, les saouls, les déments", écrit le NY Post. "Ce sont des hors-la-loi, des violeurs présumés. Les criminels mesquins qui commettent des crimes passionnels... Ils ont un point en commun: ce sont des étrangers", poursuit le tabloïd à grand tirage dans une chronique d'une de ses commentatrices.

17h31 : Les journalistes vont-ils tweeter ? Pas sûr, nous dit notre correspondant présent dans la salle d'audience. "Certains policiers ne semblent pas apprécier les téléphones portables", écrit-il sur Twitter.

17h25 : L'audience est fixée à 20h15. L'audience au cours de laquelle doit être examinée la demande de remise en liberté conditionnelle de Dominique Strauss-Kahn se tiendra jeudi à 14h15, heure locale, donc 20h15, heure française, dans l'enceinte d'un tribunal de New York, a-t-on appris de source judiciaire.

16h54 : Le commentaire de Jean-Luc Mélenchon. Le co-président du Parti de Gauche et probable candidat du Front de gauche à l'élection présidentielle de 2012, Jean-Luc Mélenchon, a estimé jeudi avoir "l'impression" que son travail politique était "facilité" après la chute de Dominique Strauss-Kahn. "D'une certaine façon, j'ai presque l'impression que mon travail politique est facilité. La scène politique - dans des conditions certes extravagantes -, est dorénavant libre de cette situation inouïe où il y avait un vainqueur déclaré d'avance, avec qui il était impossible de débattre", a-t-il déclaré à quelques journalistes, sortant de son silence depuis sa brève réaction dimanche à l'arrestation de DSK.

16h14 : DSK au tribunal. Selon le correspondant d'Europe 1 à New York, Dominique Strauss-Kahn vient d'arriver au tribunal où doit se tenir une nouvelle audience. Ses avocats devraient faire une demande de remise en liberté de l'ancien patron du FMI. Une information confirmée par un policier sur place, mais personne n'a vu entrer DSK, précise notre correspondant.

16h00 : La victime n'a pas de frère. Les parents de Nafissatou Diallo, victime présumée d'agression sexuelle par Dominique Strauss-Kahn, ont affirmé que Blake Diallo présenté comme le frère de Nafissatou par nombre de médias, ne fait en fait pas partie de la famille, selon les informations recueillies par Europe 1. L’homme est en fait un Sénégalais qui tient un restaurant à Harlem. Dans une interview à la radio africaine SudFM, il se présente d’ailleurs simplement comme un bon ami de Nafissatou, qui l’"appelle tous les matins pour voir si elle va bien". Selon Le Monde, daté de vendredi, l'homme serait même le petit ami de la victime.

14h42 : "Inévitable" que DSK parte, selon Borloo. Le président du Parti radical Jean-Louis Borloo a déclaré jeudi à l'AFP qu'il était "inévitable" que Dominique Strauss-Kahn quitte le FMI suite à ses déboires judiciaires, ajoutant que la ministre de l'Economie Christine Lagarde avait "toutes les qualités" pour lui succéder. "C'était inévitable et c'est bien qu'il l'ait fait. Maintenant, la question, c'est celle de son remplaçant", a déclaré l'ancien ministre de l'Ecologie. "Je souhaite que les Européens fassent tout pour promouvoir Christine Lagarde, qui a absolument toutes les qualités", a poursuivi Jean-Louis Borloo, soulignant notamment qu'elle était "immédiatement opérationnelle pour avoir suivi tous les dossiers depuis trois ans". Sur la volonté de certains pays d'ouvrir la direction du FMI à certains pays émergents, Jean-Louis Borloo a jugé ce débat "légitime". Mais "pour la succession immédiate de Dominique Strauss-Kahn, Christine Lagarde a toutes les qualités nécessaires", a-t-il insisté.

14h27 : L'audience prévue vers 20h30. Selon les informations recueillies par le correspondant d'Europe 1 à New York, l'audience au cours de laquelle les avocats de l'ancien patron du FMI doivent demander sa remise en liberté, devrait avoir lieu vers 20h30, heure française. Beaucoup de médias américains sont déjà présents devant le palais de justice. Il semblerait que le programme puisse évoluer. La "situation est fluctuante", dit un des policiers sur place.

14h16 : Les derniers mots de DSK libre. "Quel beau c...l !". Voilà les derniers mots que Dominique Strauss-Kahn aurait prononcés à destination d'une hôtesse du vol New York-Paris AF023 le samedi 14 mai, révèle LePoint.fr. Une phrase prononcée quelques minutes avant que les policiers de New York viennent le chercher à bord de l'appareil.

13h46. La communauté guinéenne new-yorkaise chamboulée. Les Guinéens de New York ne parlent que de l'affaire DSK. Nassifatou Diallo, la victime présumée de l'ex-patron du FMI, est en effet l'une des leurs.

Ça a été une vraie bombe dans la communauté, témoigne l'un d'eux :



"Une bombe dans la communauté"par Europe1fr

13h04. Pour Daniel Cohn-Bendit, "le train DSK a déraillé". "Le train DSK a déraillé", a jugé Daniel Cohn-Bendit, disant avoir été "en état de choc" après l'annonce de son arrestation. Dominique Strauss-Kahn était "la personne la mieux placée, avec un profil politique qui pouvait le mieux rassembler à gauche et au centre pour battre Nicolas Sarkozy" en 2012, a confié l'écologiste, lors d'un déplacement à Marseille. Le coprésident des Verts au Parlement européen a confessé avoir fait "une erreur" en "mettant de côté tous ceux qui (lui) disaient que sa personnalité ne tiendrait pas" au cours de la campagne et que "ça allait dérailler".

12h24. Le grand jury pourrait trancher dans l'après-midi. Le grand jury chargé de se prononcer sur la tenue d'un éventuel procès de Dominique Strauss-Kahn pourrait rendre sa décision dès jeudi après-midi. Selon les informations d'Europe 1, le bruit court que cette décision pourrait être annoncée dans la foulée de celle de libérer sous caution ou non l'ex-patron du FMI, accusé par une femme de chambre d'agression sexuelle et de tentative de viol. Cette demande de libération devrait être étudié à 15 heures, heure française (9 heures à New York).

"L'ESSENTIEL DE 12H". Europe1.fr résume pour vous les toutes dernières infos sur l’affaire DSK. Pour retrouver "L’Essentiel", cliquez ici.

10h16. Marine Le Pen met en cause le PS et Nicolas Sarkozy. La président du FN les accuse d'avoir fermé les yeux sur son comportement "quasi-pathologique" au profit de leur intérêt politique. "L'ensemble de la classe politique et journalistique bruissait non pas du comportement de séducteur invétéré, mais du comportement de harceleur de Dominique Strauss-Kahn, et un certain nombre de leurs adversaires politiques savaient que ce comportement quasi-pathologique pouvait être un avantage pour eux dans une campagne présidentielle", a déclaré Marine Le Pen sur RMC/BFM TV.

09h33. Pour Thierrey Mariani, Christine Lagarde serait un très bonne candidate pour le FMI. Le secrétaire d'Etat français aux Transports Thierry Mariani a estimé jeudi que Christine Lagarde serait une "très bonne candidate" à la succession de Dominique Strauss-Kahn à la tête du Fonds monétaire international (FMI), mais que ce sera "difficile".

08h58. Harlem Désir en appelle à Nicolas Sarkozy. Le numéro 2 du PS, Harlem Désir, a souhaité jeudi sur LCI que le président de la République "fasse en sorte, comme il l'a fait pour d'autres Français, que Dominique Strauss-Kahn puisse organiser sa défense d'une façon décente" aux Etats-Unis.

08h34. "Un bilan nul et cruel" au FMI, pour Jean-Luc Mélenchon. Jean-Luc Mélenchon, co-président du Parti de Gauche, a critiqué le bilan de Dominique Strauss-Kahn à la tête du FMI, jeudi matin sur Europe 1. "Je vous renvoie non pas à la propagande des économistes américains, mais à la situation réelle d'un pays réel qui s'appelle la Grèce, à qui on vient d'infliger un nouveau traitement de choc", a-t-il déclaré.

07h55. Les strauss-kahniens ne se rallient pas. Au Parti socialiste, une grande partie des strauss-kahniens estiment prématuré de discuter d'un ralliement à un nouveau candidat pour les primaires, selon les informations du buzz politique d'Europe 1. Le président de la commission des finances de l'Assemblée, Jérôme Cahuzac, a opposé un démenti cinglant au fait qu'il pourrait se rallier à François Hollande.

07h26. "Ne pas exagérer la portée" de la démission de DSK. Si l'annonce par le FMI de la démission de DSK, a "quelque chose de très spectaculaire vu de France, il ne faut pas en exagérer la portée dans la mesure où le FMI est un très grande bureaucratie", a estimé sur Europe 1 l'économiste Nicolas Bouzou, directeur du cabinet Asterès. Concernant sa succession, il estime très probable qu'une figure d'un pays émergent soit nommée venant d'Inde ou du Brésil. Si le nouveau directeur du FMI vient d'une zone en pleine croissance, cela sera sans doute "plus difficile pour la gestion de la dette européenne", a jugé l'économiste.

06h27. DSK "dément avec la plus grande fermeté". Dans un communiqué diffusé par le FMI, Dominique Strauss-Kahn s'exprime pour la première fois directement sur l'affaire. "C'est avec une infinie tristesse que je me sens contraint aujourd'hui de présenter au conseil d'administration ma démission de mon poste de directeur général du FMI. Je tiens à dire que je nie avec la plus grande fermeté possible toutes les allégations qui ont été faites contre moi. Je veux protéger cette institution que j'ai servie avec honneur et dévouement, et en particulier, je veux consacrer toute ma force, tout mon temps, et toute énergie à prouver mon innocence", y déclare l'ex-directeur général de l'institution.

06h23. Le FMI annonce sa démission. Le Fonds monétaire international (FMI) a annoncé jeudi matin dans un communiqué la démission de son directeur général, Dominique Strauss-Kahn.

06h21. Les avocats de DSK réclament sa libération. Les avocats de Dominique Strauss-Kahn vont réclamer jeudi la libération contre une caution d’un million de dollars. L’ex-patron du FMI s’est engagé à rester à New York et à être placé en surveillance pour tenter de convaincre la juge de le libérer.

19.05.DSK.Prison.930.620

© REUTERS

06h18. Des fluides corporels retrouvés dans la chambre. La police américaine a retrouvé dans la chambre d'hôtel de Dominique Strauss-Kahn des fluides corporels qui pourraient aider à établir les faits, indiquent mercredi des médias américains. Les échantillons ont été retrouvés lors de la reconstitution des faits par la police avec la femme de chambre qui affirme avoir été agressée. La police a précisé qu'elle avait désigné l'endroit où elle se souvenait avoir craché après que DSK a tenté de lui faire effectuer une fellation, a rapporté la chaîne de télévision ABC. Les échantillons de liquide corporels "sont en cours d'analyse" pour tenter d'y retrouver de l'ADN du directeur du FMI, a précisé ABC.

06h15. Un employé était présent dans la chambre. Selon les informations du Figaro mercredi soir, qui cite une source proche du Sofitel de New York, un membre du personnel de l'hôtel se trouvait dans la suite de Dominique Strauss-Khan quand la femme de chambre est entrée. Elle aurait simplement poussé la porte qui était entrouverte. L'homme, qui s'occupait du room service, débarrassait le couvert dans la suite. Nafissatou Diallo lui aurait demandé si elle pouvait commencer à nettoyer. L'homme lui aurait répondu qu'il avait terminé et que la suite était inoccupée, puis il est sorti. Il ne savait pas que DSK pouvait se trouver dans la salle de bains.

>> Revivez la deuxième journée de DSK en prison

>> Retrouvez toutes les dernières informations sur l'affaire DSK en cliquant ici