Double attentat : la Turquie "luttera jusqu'au bout contre le terrorisme", affirme Erdogan

  • A
  • A
Double attentat : la Turquie "luttera jusqu'au bout contre le terrorisme", affirme Erdogan
Le président Recep Tayyip Erdogan a affirmé que "nous lutterons jusqu'au bout contre cette malédiction qu'est le terrorisme."@ ADEM ALTAN / AFP
Partagez sur :

Après le double attentat qui a fait au moins 38 morts, le président assure que la Turquie luttera contre le terrorisme.

Le président turc Recep Tayyip Erdogan a affirmé dimanche que la Turquie "luttera(it) jusqu'au bout contre le terrorisme", au lendemain d'un double attentat qui a frappé le coeur d'Istanbul.

La lutte continue. "Que ma nation et mon peuple en soient assurés : nous lutterons jusqu'au bout contre cette malédiction qu'est le terrorisme. Nous n'allons pas laisser [cet attentat] impuni. Ils paieront un lourd tribut", a déclaré Recep Tayyip Erdogan lors d'un point presse à Istanbul, où 38 personnes ont été tuées par une double explosion samedi soir.

Une minute entre les deux explosions. Les deux déflagrations, l'une causée par un véhicule piégé, l'autre par un kamikaze, se sont produites samedi soir à moins d'une minute d'intervalle à proximité du stade de l'équipe de football de Besiktas. Au moins 30 policiers, sept civils et une personne non identifiée ont été tués et 155 personnes blessées par les déflagrations, selon les autorités qui évoquent "deux attaques liées". Le double attentat, qui s'est produit dans un quartier très fréquenté et touristique d'Istanbul, est la dernière d'une longue série d'attaques qui ont secoué la Turquie depuis l'été 2015.

Une attaque imputée au PKK. Elle n'a pas été revendiquée, mais les autorités ont affirmé que les premiers éléments recueillis pointaient en direction des séparatistes du Parti des travailleurs du Kurdistan (PKK). "Il est très probable, nous n'avons presque aucun doute qu'il s'agit d'une (attaque) de l'organisation terroriste séparatiste PKK", a affirmé le Premier ministre Binali Yildirim, après avoir rendu visite à des blessés dans un hôpital d'Istanbul. Le chef du gouvernement a dénoncé une "attaque qui vise l'unité, la solidarité et la fraternité de notre pays".