Donetsk : "on se croirait dans la zone interdite de Tchernobyl"

  • A
  • A
Donetsk : "on se croirait dans la zone interdite de Tchernobyl"
A Donetsk, le quotidien des habitants n'a pas changé.@ VASILY MAXIMOV / AFP
Partagez sur :

REPORTAGE E1 - Dans la ville de l’est de l’Ukraine, malgré le cessez-le-feu, le quotidien des habitants n’a pas changé.

Sur le plan diplomatique, les choses avancent. Mais sur le terrain, dans l’est de l’Ukraine, les hostilités se poursuivent dans plusieurs endroits. Malgré le cessez-le-feu entré en vigueur dans la nuit de samedi à dimanche, le quotidien des habitants de Donetsk n’a pas vraiment changé et pour les civils, c’est l’incertitude qui domine.

"Rien ne dépend de nous". Olga, 60 ans, et son fils handicapé d’une jambe se sont par exemple installés dans un appartement prêté par des voisins au rez-de-chaussée de leur immeuble. Ils ignorent si c’est pour une semaine, un jour ou seulement une heure. Le but : pouvoir descendre plus vite dans la cave pour se protéger. "Nous ne savons même pas ce qui nous arrivera dans les prochaines minutes. Rien ne dépend de nous. Je les déteste tous, tous", s’énerve la retraitée.

Le reportage de l'envoyé spécial d'Europe 1 en Ukraine : 



Donetsk : "autrefois, il y avait de la vie ici"par Europe1fr

Dans le quartier de Kievskiy, le plus détruit de la ville, à deux pas de l’aéroport, des tirs résonnent toujours. Pavel, ouvrier, répare la chaudière collective d’un immeuble où ceux qui restent doivent bien se chauffer. 

>> LIRE AUSSI - Ukraine : le cessez-le-feu vu de Debaltseve

"Autrefois il y avait de la vie ici". Il fait le décompte : "dans mon immeuble il y a 274 appartements. Il n’y en a plus que 20 qui sont habités". Et se souvient : "autrefois il y avait plein de vie ici, beaucoup d’enfants qui jouaient dans ce square, qui faisaient du vélo. Maintenant on se croirait dans la zone interdite de Tchernobyl". 

>> LIRE AUSSI - L'accord de Minsk évite le coeur du problème