Donald Trump va s'entretenir samedi avec François Hollande et Angela Merkel

  • A
  • A
Donald Trump va s'entretenir samedi avec François Hollande et Angela Merkel
@ NICHOLAS KAMM / AFP
Partagez sur :

Début de mandat tonitruant pour Donald Trump. Samedi, le président américain doit s'entretenir au téléphone avec cinq dirigeants étrangers, parmi lesquels François Hollande.

Le président américain Donald Trump, qui mène une intense activité diplomatique depuis son arrivée le 20 janvier à la Maison-Blanche, doit s'entretenir samedi avec cinq dirigeants étrangers, a annoncé la présidence.

Poutine, Merkel et Hollande. Donald Trump, qui a reçu vendredi la Première ministre britannique Theresa May, doit avoir dans la journée de samedi des entretiens avec le président russe Vladimir Poutine, le Premier ministre japonais Shinzo Abe, le Premier ministre australien Malcolm Turnbull, la chancelière allemande Angela Merkel et le président français François Hollande.

Le Brexit, "une chose merveilleuse". Au cours de sa rencontre avec Theresa May, premier responsable étranger reçu à la Maison-Blanche par Donald Trump, le président des Etats-Unis a vanté "la relation spéciale" entre Washington et Londres et a exprimé son enthousiasme pour le Brexit, "une chose merveilleuse".

Des désaccords avec le président japonais. Shinzo Abe avait été pour sa part le premier responsable étranger à rencontrer Donald Trump après son élection. Il était allé le voir à New York neuf jours après sa victoire au scrutin du 8 novembre. L'entretien des deux hommes prévu samedi interviendra quelques jours après la décision de Donald Trump de retirer les Etats-Unis du TPP, le Partenariat transpacifique, un accord de libre-échange conclu en 2015 par douze pays et que Shinzo Abe soutient avec enthousiasme. Le Premier ministre japonais a déclaré qu'il s'efforcerait de convaincre Donald Trump de la valeur du TPP. Mais il a indiqué jeudi qu'il examinerait la possibilité que Tokyo et Washington élaborent un accord commercial bilatéral. Donald Trump a exprimé d'une manière générale sa préférence pour les accords commerciaux bilatéraux plutôt que pour les dispositifs multilatéraux.