Donald Trump sur le "bouton nucléaire": "l'aboiement d'un chien enragé", selon Pyongang

  • A
  • A
Donald Trump sur le "bouton nucléaire": "l'aboiement d'un chien enragé", selon Pyongang
Donald Trump et Kim Jong-Un se sont tous deux vantés d'avoir le bouton nucléaire de leur pays à portée de main @ MANDEL NGAN, ED JONES / AFP
Partagez sur :

Le porte-parole du régime nord-coréen a assuré que la déclaration de Donald Trump sur son bouton nucléaire "beaucoup plus gros" que celui de Kim Jong-Un n'était que l'expression d'un "dément".

La Corée du Nord a estimé mardi qu'un récent message de Donald Trump se vantant d'avoir un bouton nucléaire "beaucoup plus gros" que celui de Kim Jong-Un n'était que l'expression d'un "dément", "l'aboiement d'un chien enragé".

Un bouton nucléaire sur le bureau de Kim Jong-Un. Le dirigeant nord-coréen avait profité de son discours du Nouvel An pour prévenir qu'il avait le "bouton nucléaire" à sa portée, tendant parallèlement la main à Séoul en évoquant un dialogue et une participation nord-coréenne aux prochains Jeux olympiques d'hiver en Corée du Sud.

"L'aboiement d'un chien enragé". En réponse, le président américain a déclaré sur Twitter : "Qu'un membre de son régime affamé et épuisé l'informe que moi aussi j'ai un bouton nucléaire, mais il est beaucoup plus gros et plus puissant que le sien, et il fonctionne !". Dans la première réaction nord-coréenne à ce message, le journal du parti unique au pouvoir, Rodong Sinmun, a balayé d'un revers de main les propos du locataire de la Maison-Blanche qualifiés de "fanfaronnades". Il ne s'agit que du "spasme d'un dément" effrayé par la puissance de la Corée du Nord et de "l'aboiement d'un chien enragé".

Un dialogue entre les deux Corées. Dans la foulée du discours de Kim Jong-Un, les deux Corées ont opéré un rapprochement apparent qui a culminé la semaine dernière avec leur premier dialogue officiel en plus de deux ans, lorsqu'elles ont convenu de la participation de Pyongyang aux JO de Pyeongchang. 

Les tensions ne sont pas retombées. Mais le Nord a depuis adressé une série d'avertissements à Séoul et à Washington. Cela fait des années que Pyongyang fait pleuvoir les menaces apocalyptiques sur ses ennemis mais Donald Trump n'a cessé d'user d'une rhétorique belliqueuse à l'égard de la Corée du Nord si bien qu'il a été accusé d'aggraver les tensions sur la péninsule. Il a en particulier menacé de faire déferler "le feu et la colère" sur le Nord.