Donald Trump se dit "totalement opposé aux violences conjugales"

  • A
  • A
Donald Trump se dit "totalement opposé aux violences conjugales"
Face aux critiques, le président américain a tenu à rappeler qu'il s'opposait aux violences conjugales. @ MANDEL NGAN / AFP
Partagez sur :

Face aux critiques soulevées pour avoir défendu un ex-collaborateur accusé de violences conjugales, Donald Trump a assuré mercredi qu'il s'opposait aux violences domestiques. 

Donald Trump s'est dit "totalement opposé aux violences conjugales" mercredi, de nombreux critiques lui reprochant d'avoir trop ardemment défendu un ancien collaborateur accusé de violences par ses deux ex-épouses. "Je suis totalement opposé aux violences domestiques quelles qu'elles soient, tout le monde sait ça et il ne faudrait pas avoir à le répéter", a déclaré le président américain devant des reporters.

Enquête du Congrès américain. Le Congrès américain a ouvert une enquête pour savoir si la Maison-Blanche était au courant des antécédents de violences conjugales de l'ancien secrétaire du personnel Rob Porter, poussé à la démission la semaine dernière. "Je vais poser directement la question au FBI et j'attends d'eux qu'ils me donnent des réponses", a dit mercredi sur CNN Trey Gowdy, président républicain de la commission de la Chambre des représentants chargée du suivi de l'action gouvernementale ("Oversight Committee").

Trump était-il au courant ? Rob Porter, 40 ans, a démissionné mercredi dernier après avoir été accusé par ses deux ex-épouses de violences conjugales. Ce dernier a nié les faits. Mais pour le républicain Trey Gowdy, l'administration Trump était au courant des accusations contre l'ancien secrétaire du personnel. "La chronologie n'est pas en faveur de la Maison-Blanche", a dit Trey Gowdy au sujet des rapports indiquant que le FBI avait prévenu à plusieurs reprises l'équipe de Trump des accusations contre Rob Porter et que ce dernier ne devait pas avoir accès à certaines informations. Le directeur du FBI a dit mardi devant les membres de la commission que les antécédents de Rob Porter avaient été vérifiés en juillet, et qu'un rapport plus détaillé a été transmis à la Maison-Blanche en novembre.