Donald Trump revient sur sa promesse de respecter le vote des primaires républicaines

  • A
  • A
Donald Trump revient sur sa promesse de respecter le vote des primaires républicaines
Donald Trump et Ted Cruz lors d'un débat.@ JUSTIN SULLIVAN / GETTY IMAGES NORTH AMERICA / AFP
Partagez sur :

Donald Trump a annoncé mardi qu'il ne soutiendrait pas Ted Cruz si ce dernier gagnait la primaire républicaine.

Donald Trump a déclaré mardi qu'il n'apporterait pas son soutien à un autre candidat s'il ne remportait pas les primaires organisées par le Parti républicain après avoir promis le contraire en septembre dernier.

Volte-face. "Non, plus maintenant", a répondu Donald Trump lorsqu'il a été interrogé sur CNN sur ses projets s'il n'était pas désigné pour défendre les couleurs du parti de l'éléphant en novembre prochain. Cette volte-face du candidat intervient alors que les tensions entre Donald Trump et Ted Cruz se sont encore accentuées la semaine dernière après la publication de photographies dénudées de l'épouse de l'homme d'affaires par un groupe de partisans du sénateur de Floride. Donald Trump s'est empressé de riposter en diffusant à son tour une photographie peu flatteuse de Heidi Cruz, l'épouse de Ted Cruz.

Cruz sûr de sa victoire. Egalement interrogé par CNN sur ses projets en cas de défaite, Ted Cruz a refusé de s'engager clairement à soutenir son adversaire en cas de défaite. "Laissez-moi vous donner ma réponse à cette question", a dit Ted Cruz. "Donald ne sera pas désigné par le GOP (Grand Old Party, le Parti républicain). Nous allons le battre."

Peu de soutiens pour Trump. Donald Trump a laissé entendre qu'il se moquait d'obtenir ou non le soutien de Ted Cruz, expliquant qu'il était en mesure de l'emporter sans l'aide de ce dernier. "Je l'ai observé ce soir (mardi soir) et j'ai vu à quel point il était tourmenté lorsque vous lui avez posé cette question", a déclaré Donald Trump à l'animateur de l'émission. "Je ne veux pas de son soutien, je n'ai pas besoin de son soutien. Je ne veux pas qu'il se sente mal à l'aise." Donald Trump a par ailleurs admis que plusieurs anciens candidats à l'investiture auraient sans doute du mal à le soutenir, évoquant notamment l'ancien gouverneur de Floride Jeb Bush, le gouverneur du Wisconsin Scott Walker et le sénateur du Kentucky Rand Paul.