Donald Trump rejette les accusations de harcèlement sexuel contre lui

  • A
  • A
Donald Trump rejette les accusations de harcèlement sexuel contre lui
Donald Trump rejette les accusations de harcèlement sexuel contre lui.@ MANDEL NGAN / AFP
Partagez sur :

L'équipe de campagne du président américain a reçu l'ordre par la justice de remettre tous les documents relatifs aux diverses accusations de harcèlement sexuel ayant visé le candidat.

Le président américain Donald Trump a nié lundi les accusations de harcèlement sexuel portées contre lui pendant la campagne présidentielle de 2016, en les qualifiant de "fausses informations". 

"Faux et inventé". "Tout ce que je peux vous dire, c'est que ce sont des informations totalement fausses. C'est faux et inventé", a-t-il déclaré devant la presse à la Maison-Blanche. Donald Trump était interrogé sur les informations révélées dimanche selon lesquelles la justice a ordonné à son équipe de campagne de lui remettre tous les documents relatifs aux diverses accusations de harcèlement sexuel ayant visé le candidat républicain lors de la campagne de 2016.

Accusé d'avoir embrassé de force une femme en 2007. Selon BuzzFeed News, l'injonction a été émise en mars dernier, alors que Donald Trump avait déjà été investi président des États-Unis. Elle suit une plainte en diffamation déposée par Summer Zervos, une ancienne candidate de l'émission de télé-réalité The Apprentice présentée durant de nombreuses saisons par Donald Trump. Selon la plainte, le milliardaire a fait "plusieurs déclarations mensongères et diffamatoires" à l'encontre de Summer Zervos. Celle-ci l'a accusé de l'avoir caressée et d'avoir tenté de l'embrasser de force, en 2007, dans un hôtel de Los Angeles, quand il n'était encore qu'un riche homme d'affaires.

Des documents requis en justice. L'injonction émise à l'encontre de l'équipe de campagne de Donald Trump oblige celle-ci à remettre à la justice l'ensemble des documents qu'elle pourrait détenir ayant un lien avec "toute accusation" ayant visé le candidat républicain durant sa campagne victorieuse de 2016 et lui reprochant "d'avoir soumis" une femme "à des contacts sexuels non consentis et/ou à des comportements sexuels inappropriés".