Donald Trump assure avoir assez de délégués pour l'investiture républicaine

  • A
  • A
Donald Trump assure avoir assez de délégués pour l'investiture républicaine
Donald Trump@ SPENCER PLATT / GETTY IMAGES NORTH AMERICA / AFP
Partagez sur :

Sans concurrent depuis trois semaines, Donald Trump n'avait jusqu'ici techniquement pas encore le nombre de délégués lui garantissant l'investiture. 

L'homme d'affaires Donald Trump a revendiqué jeudi la majorité requise pour l'investiture républicaine en vue de l'élection présidentielle américaine de novembre, un cap technique mais historique.

Candidat officieux. "Les gens derrière moi nous ont permis de passer la barre", a-t-il déclaré lors d'une conférence de presse à Bismarck, dans le Dakota du Nord, où une partie de la délégation de l'Etat à la convention d'investiture de Cleveland (Ohio) l'accompagnait, afin de lui signifier son soutien. Sans concurrence depuis trois semaines, Donald Trump était de facto devenu le candidat officieux du parti pour la Maison Blanche, mais il n'avait pas encore atteint techniquement le seuil des 1.237 délégués, lui garantissant la victoire. 

Le milliardaire confirme ainsi les informations des chaînes CNN et ABC, ainsi que de l'agence de presse Associated Press, selon qui l'affaire est désormais dans le sac. Elles ont chacune publié jeudi un nouveau décompte du nombre de délégués obtenus au fil des primaires, ou s'étant engagés à voter pour lui à la convention d'investiture de Cleveland, du 18 au 21 juillet.

Tacle à Clinton. Donald Trump a répété qu'il aimerait débattre avec Bernie Sanders, le rival d'Hillary Clinton aux primaires démocrates, mais posant comme condition de lever "10 ou 15 millions de dollars" pour des œuvres caritatives. "Elle n'arrive pas à mettre l'affaire dans le sac, alors que c'était censé être très facile", a-t-il déclaré, relevant que l'ancienne chef de la diplomatie américaine faisait toujours face à la concurrence active du sénateur du Vermont. Donald Trump se trouvait à Bismarck pour une conférence pétrolière, où il devait prononcer un discours sur l'énergie, l'une de ses rares interventions thématiques.