Distribution : Marks and Spencer va supprimer 525 postes administratifs au Royaume-Uni

  • A
  • A
Distribution : Marks and Spencer va supprimer 525 postes administratifs au Royaume-Uni
La firme supprime des centaines de postes au Royaume-Uni. @ GREG BAKER / AFP
Partagez sur :

La société britannique entend faire des économies, en supprimant plus de 500 postes dans son administration au Royaume-Uni.

Marks and Spencer se met à la diète. Le groupe de distribution britannique a annoncé lundi vouloir supprimer 525 postes administratifs au Royaume-Uni afin de réduire ses coûts, au moment où le nouveau directeur général mène une réforme de ses activités pour redresser ses comptes. L'enseigne indique dans un communiqué qu'elle propose à ses employés une restructuration de ses principaux centres administratifs britanniques qui passe par la réduction nette de 525 emplois et la réaffectation au Royaume-Uni de 400 autres emplois dans les services techniques et la logistique actuellement situés à Londres.

Pas de suppression d'emplois dans les magasins. Le groupe, qui emploie au total près de 83.000 personnes dans le monde, dont environ 3.500 dans ses centres administratifs au Royaume-Uni, entend ainsi réaliser des économies de l'ordre de 1% de sa base de coûts britannique. Marks and Spencer "doit devenir une organisation plus simple et plus efficace si nous voulons respecter nos objectifs d'une reprise et d'une croissance de notre activité", explique dans le communiqué Steve Rowe, directeur général du groupe depuis le début de l'année. Il précise en outre qu'il veut continuer à investir dans ses magasins et que par conséquent les effectifs des employés dans ces derniers ne sont pas concernés par les suppressions d'emplois.

La vente de vêtements plombe la société. Steve Rowe, un vétéran de M&S, a remplacé à la direction générale Marc Bolland, évincé à cause de la mauvaise tenue des comptes du groupe, plombés en particulier par l'activité de vêtements, chaussures et biens d'équipements au Royaume-Uni alors que le secteur alimentaire se porte bien quant à lui. Le nouveau directeur général a annoncé dès le mois de mai une réforme de son activité en décidant de revenir aux basiques pour sa gamme de vêtements, une décision qui va peser à court terme sur ses résultats, ralentis par ailleurs par une conjoncture difficile tant au Royaume-Uni qu'à l'étranger.