Disparition mystérieuse d’un membre de l’ETA

  • A
  • A
Disparition mystérieuse d’un membre de l’ETA
Partagez sur :

L’etarra a disparu en avril en France. Le parquet de Bayonne n’écarte "aucune hypothèse". Un journal basque accuse la police espagnole.

Qu’est devenu Jon Anza ? Ce membre de l’ETA a disparu le 18 avril dernier alors qu’il se rendait, en train, de Bayonne à Toulouse. Depuis, le Basque espagnol n’a donné aucun signe de vie. Le parquet de Bayonne a fait savoir vendredi qu’il ne privilégiait ni n’écartait "aucune hypothèse".

Si la justice française a tenu à s’exprimer sur cette affaire, c’est qu’un article paru vendredi impute cette disparition aux policiers espagnols. Le quotidien basque Gara a en effet fait état de témoignages indirects selon lesquels Jon Anza serait mort au cours d'un interrogatoire après avoir été séquestré par des agents espagnols, et qu'il serait enterré en France.

"Tous les moyens d'investigation ont été mis en oeuvre pour élucider cette disparition inquiétante", a assuré Marc Mariée, procureur de la République adjoint de Bayonne, précisant que "les recherches sont restées infructueuses à ce jour et rien ne permet aujourd'hui de confirmer ou d'infirmer" l'hypothèse du journal Gara. Le magistrat a également envoyé un message implicite au quotidien, en soulignant que les enquêteurs sont "preneurs de toute information permettant d'orienter l'enquête".

Le 20 mai, l'ETA avait accusé dans un communiqué la France et l'Espagne de la disparition de son militant. Le ministre espagnol de l'Intérieur, Alfredo Perez Rubalcaba, avait qualifié de "bobard" cette accusation du groupe indépendantiste. Cette fois, les autorités espagnoles n’ont pour l’heure pas réagi.