Deux hommes, dont un adolescent, tués par la police à Los Angeles

  • A
  • A
Deux hommes, dont un adolescent, tués par la police à Los Angeles
Trois morts en à peine cinq jours, voici le triste bilan de la police californienne. Deux hommes ont en effet été tués le week-end dernier en Californie. Image d'illustration. @ MARK WALLHEISER / GETTY IMAGES NORTH AMERICA / AFP
Partagez sur :

Trois morts en à peine cinq jours, voici le triste bilan de la police californienne. Deux hommes ont en effet été tués le week-end dernier, provoquant de nouvelles manifestations. 

La police de Los Angeles a tué deux hommes ce week-end, un adolescent noir et un Hispanique, expliquant que le premier était muni d'une "arme chargée", alors que le second n'avait qu'un faux pistolet, deux morts qui ont déclenché de nouvelles manifestations. Ces deux décès portent à trois le nombre d'hommes tués par des policiers californiens en à peine cinq jours.

Un adolescent tué. La police de Los Angeles (LAPD) a diffusé lundi la photo d'une "arme chargée retrouvée" près de Carnell Snell, 18 ans, tué samedi au sud de la métropole. Le chef du LAPD Charlie Beck a expliqué lors d'une conférence de presse lundi que des agents ont tenté de l'interpeller, mais qu'il a pris la fuite. Alors que des policiers le pourchassaient, Carnell Snell s'est tourné vers les agents, une arme à la main, et ces derniers ont ouvert le feu, l'abattant.

Un faux pistolet. Un deuxième incident a eu lieu dimanche, également au sud de la métropole californienne. Des policiers ont reçu un appel signalant un Hispanique muni d'une arme. Lorsqu'ils ont tenté de l'approcher, l'homme, qui n'a pas été identifié, s'est retourné avec ce qui semblait être une arme et les policiers l'ont abattu. Le LAPD a indiqué qu'il s'agissait d'une réplique d'arme à feu.

Des mouvements d'indignation. Charlie Beck a souligné que plus de 450 personnes ont été touchées par des tirs depuis le début de l'année dans ces quartiers et que "dans les deux cas (de ce week-end) les agents ont craint pour leur vie". Ces décès ont suscité l'indignation. Un rassemblement a eu lieu samedi à Los Angeles et lundi trois femmes ont été arrêtées lorsqu'un groupe d'environ 25 manifestants a tenté d'interrompre la conférence de presse de Charlie Beck, a indiqué un porte-parole de la police.

Mardi dernier, Alfred Olango, réfugié originaire d'Ouganda, a été tué par la police à El Cajon, en banlieue de San Diego. Il errait et a brandi vers les policiers une cigarette électronique que les agents ont prise pour une arme. Sa mort a déclenché cinq journées de manifestations à El Cajon, émaillées de violences.

Un contexte racial très tendu. Ces décès interviennent dans un contexte de relations raciales tendues aux Etats-Unis, où plusieurs Noirs, souvent non armés, ont été tués par la police ces dernières semaines. De violentes manifestations ont ainsi eu lieu le mois dernier après la mort de Keith Lamont Scott, à Charlotte, tué alors qu'il sortait d'un véhicule et était cerné par des policiers. La police dit avoir trouvé sur place un pistolet chargé.