Deux étudiantes françaises tuées en Argentine

  • A
  • A
Deux étudiantes françaises tuées en Argentine
Deux touristes françaises ont été retrouvées mortes vendredi dans la région de Salta, en Argentine.@ CAPTURE D'ECRAN TN
Partagez sur :

Les familles des deux victimes ont été reçues dimanche par David Douillet.

Deux Françaises, âgées toutes deux d'une trentaine d'années, ont été retrouvées mortes vendredi soir dans une région très touristique en Argentine, selon une information du téléphone rouge d'Europe 1, confirmée par le ministère des Affaires étrangères. Le secrétaire d'Etat chargé des Français de l'étranger, David Douillet, devait recevoir dimanche après-midi leurs familles.

Tuées par balles

Le corps de l'une d'elles a été découvert par des touristes argentins, qui faisaient une promenade sur le mont San Lorenzo, dans la région de Salta, dans le nord du pays, à la frontière avec la Bolivie. C'est la police, qui en fouillant la zone, a trouvé le second cadavre.

D'après les premiers éléments de l'enquête, les deux femmes ont été tuées. L'une aurait reçu une balle dans le dos et l'autre une balle dans la tête. Cette dernière aurait été violée, selon les informations d'Europe 1, et ses vêtements ont été déchirés. Marcelo Baez, porte-parole des services judiciaires à Salta, a estimé que les deux victimes avaient été "exécutées avec acharnement".

Selon des sources policières citées par la télévision argentine, le dernier enregistrement des deux jeunes femmes dans un hôtel remonte au 16 juillet dernier. Les deux touristes étaient arrivées à Salta le 11 juillet et devaient en repartir le 19.

Etudiantes, spécialistes de l'Amérique latine

Les victimes, étudiantes à l'Institut des Hautes Etudes de l'Amérique Latine, étaient âgées de 24 et 29 ans, selon le site du parisien.fr. L'une d'entre elles avait organisé au mois de juin un colloque international à Buenos Aires.

Les jeunes femmes ont été découvertes sur un circuit touristique, rapporte le site de TN. Sur elles, les policiers auraient retrouvé un ticket, une carte du circuit touristique et un téléphone portable. "C'est un lieu de promenade avec des sentiers très étroits, situé à près d'une heure à pied de la ville de San Lorenzo. Dans la zone où s'est produit le crime n'habitent que des chasseurs", a déclaré le juge chargé de l'affaire sur une chaîne d'info continue argentine. Selon lui, les chasseurs utilisent des fusils de gros calibre, or les impacts de balles présentés sur les corps sont ceux d'une arme de petit calibre, probablement de 22 mm.

Des éléments sur l'agresseur retrouvés

"Jusqu'à maintenant, nous n'avons pas lancé de mandat d'arrêt", a indiqué le juge Martin Perez, chargé de l'affaire, sur la chaîne de télévision TN. Mais le juge a indiqué qu'"il y a suffisamment" de matériel génétique pour que l'on puisse retrouver l'agresseur. L'"une des victimes tenait des cheveux de l'agresseur dans son poing serré", a-t-il précisé.

Le gouverneur de la province de Salta, Juan Manuel Uturbey, a annoncé dans la soirée que tous les moyens allaient être mis en oeuvre pour retrouver les auteurs du crime. La province de "Salta a besoin d'éclaircir d'urgence cet acte aberrant", a-t-il déclaré. Le gouverneur a précisé que l'identité des victimes ne serait pas révélée avant que toutes les dispositions soient prises pour faire venir leurs familles à Salta.

"Nous souhaitons que toute la lumière soit faite sur ces crimes et que les responsables soient identifiés et jugés", a déclaré le ministère des Affaires étrangères dans un communiqué.

Les familles reçues par David Douillet

David Douillet, le secrétaire d'Etat chargé des Français de l'étranger, a reçu les proches des deux touristes dimanche. Il leur a promis toute la mobilisation des services de l'Etat pour leur venir en aide et leur a exprimé toute sa pleine solidarité.

>> Vous êtes témoin d'un évènement et vous souhaitez témoigner de la situation sur Europe 1 ? Contactez le téléphone rouge d'Europe 1 au 01.47.23.56.78 ou laissez un message et vos coordonnées téléphoniques à l'adresse suivante : telephone.rouge@europe1.fr