Dette américaine : ces "pyromanes" du Tea Party

  • A
  • A
Dette américaine : ces "pyromanes" du Tea Party
Ted Cruz, sénateur texan, incarne la contestation de la réforme de la santé d'Obama.@ Reuters
Partagez sur :

ZOOM - Ils sont une poignée d'élus mais font courir le risque d'un défaut de paiement aux Etats-Unis.

L'INFO. Si un accord n'est pas trouvé jeudi à 6 heures du matin, ce serait la première fois qu'un pays développé est en défaut de paiement depuis 1945. L'heure est donc grave à Washington. Si la classe politique -républicains et démocrates- ne s'entend pas sur un compromis, la déflagration économique risque d'être violente.  Le Trésor ne sera plus autorisé à emprunter et ne pourra plus compter que sur des réserves déclinantes.

Mardi soir, au terme d'une journée chaotique reflétant les profondes divisions partisanes, les républicains dominant la Chambre des représentants ont renoncé à organiser un vote destiné à relever le plafond de la dette et à mettre fin à la paralysie de l'Etat fédéral. La raison ? Les influents élus issus de la mouvance ultra-conservatrice Tea Party continuent de faire blocage.  

>>> Car ce sont ces élus qui tirent actuellement les ficelles au sein du Congrès. Qui sont ces "anarchistes" qui "haïssent l'Etat", selon les mots du chef des démocrates du Sénat, Harry Reid. Revue des troupes.

Combien sont-ils ? Et quelle est leur stratégie ? Sur les 232 élus républicains au Congrès, une trentaine serait proches du Tea Party. A eux seuls, "ils font trembler le monde", constate Thomas Snégaroff, spécialiste des Etats-Unis, invité d'Europe 1 mercredi. Leur ligne politique est claire : anti-Etat, anti-impôts et ultra-conservateurs sur les questions sociales, religieuses et des armes. Certains sont des novices en politique, élus aux législatives de novembre 2010, l'année de l'adoption de la réforme du système de santé promue par Barack Obama.

 

Shutdown américain : dernière ligne droite...par Europe1fr

Avec les fermetures en série dues au "Shutdown", "le Tea Party qui est très anti-étatique est en train de prouver l'importance de l'Etat", constate Thomas Snégaroff. "Les Américains se rendent bien compte que sans lui, c'est plus difficile de vivre ensemble", a-t-il ajouté. Le Tea Party montre surtout qu'ils sont "capables de bloquer tout pour faire avancer leurs propres intérêts politiques", décrypte Thomas Snégaroff. Nul doute qu'à Washington, les élections de mi-mandat en 2014 sont déjà en ligne de mire.

Tim Huelskamp 930

© Reuters

Tim Huelskamp : Cet élu est représentatif de cette nouvelle "promotion" Tea Party. Agriculteur de profession et titulaire d'un doctorat en science politique, Tim Huelskamp représente l'immense première circonscription du Kansas, dans le cœur conservateur du pays. Depuis des mois, il milite pour lier le financement de l'Etat fédéral à un sabordage de la loi sur la santé, une ligne dure adoptée contre son gré par le parti républicain qui a besoin de son aile droite pour avoir la majorité. Selon l'organisation nationale ultra-conservatrices, Club for Growth, qui notent les élus sur une échelle de conservatisme, Tim Hueslkamp obtient la note... de 100%.

Ted Cruz : Diplômé d'Harvard et de Princeton, le sénateur texan est le symbole de cette contestation. Ce politicien, d'origine cubaine, s'est fait remarquer en occupant pendant plus de 20 heures la tribune de l'hémicycle du Sénat pour dénoncer la réforme de "l'Obamacare". Déjà cet été, Ted Cruz était à l'initiative de la lettre demandant à John Boehner, le chef de file républicain du Congrès, de refuser de voter le budget 2014 sans concessions sur l'"Obamacare". Dans un habile tour de passe-passe pour se dégager de ses responsabilités, cet élu du sud des Etats-Unis avait même promis de verser son salaire à une organisation caritative tant que le "Shtudown" ne serait pas terminé.

Michele Bachmann : Cette représentante ultra-religieuse du Minnesota, candidate à l'investiture républicaine en 2012, ne lâche pas Obama et sa réforme. Habile oratrice, elle s'est à nouveau illustrée cette semaine sur CNN. Alors que la chaîne américaine diffuse en continu le décompte jusqu'au défaut de paiement de la dette, Michel Bachmann a fait une proposition. "Je suggère à CNN qu'il y ait également un compteur sur la dette cumulée", a-t-elle assuré afin que les Américains "réalisent ce qui est en jeu" avec ce blocage. 

Paul Broun : Cet élu de la Géorgie à la Chambre des représentants s'est fait connaître par le passé pour avoir dérapé en comparant Barack Obama à Adolf Hitler. Paul Broun, ex-médecin qui se présente aux prochaines élections sénatoriales, a fait de la réforme de la santé, son principal cheval de bataille. "Nous devons retarder cette loi. Nous devons la mettre en haut de l'étagère parce qu'elle détruit notre économie. Elle détruit l'Amérique. Elle détruit notre liberté", a-t-il affirmé à CNN.