Des sites nucléaires menacés par le feu

  • A
  • A
Des sites nucléaires menacés par le feu
@ REUTERS
Partagez sur :

En Russie, le président Medvedev n’exclut pas encore une évolution "négative" de la situation.

La Russie a commencé à évacuer les matières dangereuses. Alors que 48 personnes ont déjà péri en Russie, ravagée par des centaines d’incendies dus à la sécheresse, les autorités s’inquiètent. Les flammes pourraient atteindre des installations nucléaires et provoquer de gigantesques explosions.

Le président russe, Dmitri Medvedev, a ordonné mercredi devant le Conseil de sécurité russe de prendre des mesures pour protéger les installations stratégiques du pays, notamment nucléaires. "Je suis sûr que nous allons nous en sortir", a-t-il déclaré, estimant que la situation était "sous contrôle, même si une évolution négative n'est pas à exclure".

"J'ordonne au gouvernement d'établir au plus vite, d'ici à deux jours, (...) quelles installations doivent être considérées comme présentant un danger particulièrement élevé" en cas d'incendie, a-t-il également déclaré.

Les matériaux explosifs évacués

Au cours de cette réunion, rassemblant les principaux responsables de la sûreté du pays, Sergueï Kirienko, le patron de l'agence du nucléaire Rosatom, a annoncé avoir fait évacuer "tous les matériaux explosifs et tous les matériaux radioactifs" du centre nucléaire russe de Sarov, à 500 km à l'est de Moscou, en raison des incendies qui le menacent depuis quelques jours.

Le responsable a assuré qu'il n'y avait aucun risque d'accident nucléaire même si le feu atteignait les installations de ce centre, connu depuis la guerre froide sous le nom d'Arzamas-16 et qui fabrique notamment des armes atomiques. Selon le ministre des Situations d'urgence, Sergueï Choïgou, les flammes ont atteint le vaste territoire du centre de Sarov, mais sont encore à "quatre kilomètres" de ses premières installations.

Encore beaucoup de travail

De son côté, le Premier ministre Vladimir Poutine, qui multiplie les déplacements dans les zones sinistrées, s'est rendu dans la région de Voronej, à 500 km au sud de Moscou, pour y encourager les équipages des avions luttant contre les flammes. "Il y a encore malheureusement beaucoup de travail", a-t-il dit.

Le feu continue de dévaster des milliers d'hectares en Russie centrale et occidentale. Lundi, le président russe avait décrété l'état d'urgence dans les sept régions les plus touchées par les incendies. Sur le terrain, la situation continue d'être difficile pour les 170.000 hommes mobilisés par le ministère des Situations d'urgence. Au total les incendies de forêt ont déjà détruit en Russie près de 668.000 hectares depuis le début de l'été.