Des forces anti-djihadistes progressent face à l'EI à Raqqa en Syrie

  • A
  • A
Des forces anti-djihadistes progressent face à l'EI à Raqqa en Syrie
Les forces anti-djihadistes progressent lentement.@ BULENT KILIC / AFP
Partagez sur :

Les Forces démocratiques syriennes ont repris environ 35% du fief de l'État islamique en Syrie.

Des combattants syriens soutenus par les États-Unis ont repris au groupe djihadiste État islamique (EI) un nouveau quartier dans son fief de Raqqa en Syrie, a indiqué lundi une porte-parole. Les Forces démocratiques syriennes (FDS), une alliance de combattants kurdes et arabes, mènent depuis huit mois une offensive pour reprendre cette ville du nord du pays en guerre.

Libérer les civils en priorité. "Le quartier de Yarmouk a été libéré" dimanche, a déclaré Jihane Cheikh Ahmed, une porte-parole des FDS, s'exprimant dans la ville d'Ain Issa à environ 50 kilomètres au nord de Raqqa. L'opération pour la conquête de Raqqa "se poursuit mais il y a des affrontements violents", a-t-elle ajouté. "Nous avançons prudemment. Ce qui nous importe n'est pas la rapidité mais de libérer les civils et d'éliminer Daech", a-t-elle assuré. Selon l'Observatoire syrien des droits de l'Homme (OSDH), les FDS ont progressé dans Yarmouk, vaste quartier à la périphérie sud-ouest de la cité, mais ne le contrôlent pas encore totalement. 

Environ 35% de la ville repris. Les FDS tiennent la partie ouest du quartier, mais de violents combats se poursuivent ailleurs dans le secteur, a indiqué l'OSDH. En outre, des centaines de civils ont fui les zones de la ville tenues par l'EI vers celles prises par les FDS ces dernières 48 heures, a ajouté l'ONG, en disant que l'alliance arabo-kurde avait pris environ 35% de la ville aux djihadistes. Il a fallu aux FDS sept mois pour parvenir aux portes de la villes et de l'encercler avant d'y pénétrer le 6 juin. L'EI occupe encore d'autres secteurs de la province de Raqqa, dont le chef-lieu est la ville éponyme. Les FDS sont appuyées par des frappes aériennes de la coalition internationale dirigée par Washington, qui ont tué au moins trois civils lundi, selon l'OSDH.